Castration

 

 

Rétrospective de l'élevage du Pli du Soleil

Accueil ] Remonter ] Capucine ] Diabolo ] Nos portées ] Portée F H ] Portée I ] Portées M N ] Portée R ] Portée S ] Portées T ] Portées U V ] Valki ] A Nuance ] A Ouzame ] B.Pitchoum ] China Quzco ] D Raphan/Ricci ] Good Luck ] Généalogies ] Comportement ]

 

Accueil
Remonter

Dossiers santé

Castration du mâle

Voir aussi stérilisation

-

Notre expérience

 En octobre 2016, nous avons fait poser un implant de castration chimique sur Gluck 5 ans et sur Haendel 4 ans 11/2, implant opérationnel pendant 6 mois. Gluck pesait 84 kg et Haendel 74 kg. Nous avons prolongé l'expérience en avril 2017, de nouveau pour 6 mois. Cela a été efficace pour leurs relations à tous les deux. Haendel s'est arrêté de faire pipi dans la maison et de provoquer Gluck. Gluck s'est arrêté de réagir chaque fois que Haendel remettait son statut en cause ou chaque fois que Jazira, avec ses rémanences ovarienne, était passée à la maison. L'implant ne fait plus effet mais les bonnes habitudes sont restées. L'implant, le mode vie plus pépère, la maturité, etc. font que Gluck a pris 14 kg en 1 an et Haendel a pris 8 kg.

 

-

 

FAQ

 

Question : ce weekend, lors d'une fête de famille, j'ai dû assister à une discussion  fervente et quasiment interminable sur la nécessité ou non de faire castrer un chien mâle vivant en famille. On m'a demandé mon avis et je leur ai avoué que je n'y sait rien. Voilà pourquoi je vous prie de me  faire part de vos avis, remarques, etc. Quels en sont les avantages, les  désavantages concernant le comportement du chien? Vers quel âge le fait-on?

Réponse : La question de la castration d'un chien mâle pose plus le problème de l'acceptation de l'intervention par le propriétaire que celui de l'intérêt de celle-ci pour l'animal. En effet, il est aujourd'hui indéniable que la castration (quelque soit l'âge auquel elle est réalisée) règle définitivement certains problèmes chez le mâle:

·         en premier lieu toutes les affections prostatiques découlant de l'hyperplasie bénigne que l'on peut considérer comme quasi-physiologie chez le chien (dès l'âge de 4-5 ans, 40% des chiens souffrent déjà d'une hyperplasie, souvent sans complication, si ce n'est une altération de la qualité de leurs semences). Cette hyperplasie donne souvent lieu à des complications kystiques voire infectieuses (prostatites ou abcès) qui peuvent altérer le pronostic vital de l’animal ;

·         en second lieu tout ce qui touche à la reproduction (si celle-ci n’est pas l’un des objectifs suivis par le(s) propriétaire(s), pourquoi conserver avec tant d’attention (voire de passion) les attributs d’un individu qui ne sera jamais amené à en faire l’usage. Dans ce cas, la stérilisation permet de limiter tout risque de saillie imprévue… ;

·         en troisième lieu, les troubles du comportement associés à la fonction de reproduction. Sur ce point, la stérilisation précoce a toujours plus d’effets que lorsqu’elle est envisagée tardivement dans la vie de l’animal (quand les habitudes « lubriques » sont prises, il est plus difficile de ramener le patient à une vie « monacale »). Il convient toutefois de préciser que l’expression des troubles du comportement relevant des relations de dominance ou d’une agressivité individuelle n’est généralement pas diminuée par la castration (en tout cas, le plus souvent, pas à la  hauteur des espérances).

La question n’est donc pas de savoir si l’on souhaite ou non faire castrer le chien : s’il n’est pas clairement destiné à devenir un reproducteur, il conviendrait de le faire stériliser. Dans cette optique, la difficulté principalement rencontrée consiste donc à prendre la décision d’une stérilisation (c’est le propriétaire ou l’éleveur qui doivent en accepter le principe) et à lever toutes les objections qui pourraient être formulée pour sursoir à l’intervention (… et en la matière, elles sont généralement légions).

Parmi les objections que l’on trouve le plus fréquemment, seules deux me semblent raisonnables :

·         la première tient à l’absence de développement des signes sexuels dits secondaires chez un individu qui aurait été stérilisé précocement : pour traduire (ou dire les choses un peu crûment), le chien qui aurait été castré avant sa puberté gardera toute sa vie le « zizi d’un chiot » (ce qui ne relève pas toujours de l’esthétique recherchée par certains propriétaires) ;

·         la seconde est particulièrement intéressante pour les races géantes ; la stérilisation réalisée très précocement (c'est-à-dire dès l’âge de 6-16 semaines) pourrait contribuer au maintient d’une croissance en longueur des os dits longs (ceux des pattes en particulier), ce qui pourrait éventuellement favoriser le risque de fractures au niveau du cartilage de croissance (cette hypothèse n’a toutefois jamais été formellement démontrée).

Aucune de ces deux objections ne tient au-delà de la puberté. A cet âge, tous les chiens peuvent être castrés sans plus de risque que celui de l’anesthésie et les complications chirurgicales immédiates (ces deux risques étant négligeables au regard de ceux que représentent les affections prostatiques et les tumeurs testiculaires chez le chien).

Enfin, pour ceux que le préjudice esthétique préoccuperait, il existe depuis peu aux USA une molécule injectable dans le testicule qui permet d’obtenir les mêmes effets que la chirurgie, sans diminution du volume apparent des organes correspondant (ce produit n’est malheureusement pas encore commercialisé en Europe). L’alternative consiste éventuellement à castrer le chien et à faire implanter des prothèses en silicone, … mais quel intérêt pour une race comme le Léonberg chez qui le poil recouvre suffisamment les organes génitaux… Samuel (2004)


Question : Si j'ai bien compris un essai thérapeutique par un anti-androgène oral ou en injectable du type Cyprotérone ne fait pas de sens. Par ailleurs, vais-je trop loin en disant que vous venez de prôner la castration chez le mâle qui n'est pas destiné à la reproduction, ceci à visée préventive un peu comme on le ferait avec les chiennes en ce qui concerne l'utérus et les ovaires?

Réponse : Je pense effectivement qu’il n’est aujourd’hui pas utile de conserver les testicules d’une chien qui n’est pas destiné à devenir reproducteur. L’intérêt d’une attitude équivalente chez la chienne est moins certain en regard des effets indésirables de la stérilisation (incontinence urinaire en particulier).

 Je pousserais même plus loin la réflexion en posant la question de savoir s’il ne pourrait pas s’agir d’un argument à prendre en considération chez l’éleveur… Un chien vendu en tant que reproducteur serait un individu ayant son plein potentiel gonadique, ses radios, sa confirmation, ses premiers résultats d’expositions, etc… et pourrait avantageusement être proposé à la vente à un tarif variant selon l’âge, les qualités et les garanties). Un individu destiné à devenir un chien de compagnie pourrait être vendu vacciné, tatoué, … et stérilisé. Il aurait l’avantage de ne pas retourner dans le circuit de reproduction à l’insu de l’éleveur, de se voir re-labellisé « reproducteur potentiel » en fonction de modifications tardives des objectifs de l’acquéreur, … et ne présenterait pas les troubles de santés observés dès l’âge de 4-5 ans chez la plupart des chiens mâles (non stérilisé). Cette situation est tellement vraie que dans les pays où la stérilisation précoce est couramment pratiquée, la pathologie prostatique et les tumeurs testiculaires sont désormais quasi-inexistantes. Mais il s’agit là d’une réflexion qui sort peut-être du sujet que nous avions envisagé ici…

Pour ce qui concerne l’utilisation d’un anti-androgène, le recours à une molécule progestative telle que l’acétate de delmadinone est plus courant chez le chien. Les effets observés permettent ainsi aux propriétaires de se faire une idée des interférences comportementales possibles (réduction de l’agressivité, diminution des comportements reproducteurs, …) mais les effets à long terme ainsi que le coût du traitement rendent le recours à la chirurgie d’exérèse plus intéressante. Samuel (2004)


Question :  Pouvez vous me dire comment se comporte un mâle castré en présence d'une femelle en chaleur?

Réponse :

Le fait de stériliser un chien joue peu sur les comportements, excepté ceux qui ont un lien direct avec la fonction de reproduction. Le plus souvent donc, les chiens perdent leur aptitude à rechercher l’accouplement une fois castrés. Néanmoins, s’il s’agit d’une manifestation de la position hiérarchique, le chevauchement – voire l’intromission – seront maintenus chez le dominant.

Voici donc une raison de plus de faire stériliser les chiens le plus précocement possible, de telle sorte qu’ils n’aient pas encore eu des velléités d’être les chefs de meute. Par contre, nul espoir qu’un chien fugueur ou agressif perde ses mauvais penchants à l’issue d’une intervention chirurgicale !...


Question : La castration chimique peut elle être temporaire ?

Réponse : L’objectif de ces « castrations chimiques » est justement l’effet temporaire. L’action de la molécule injectable est généralement perceptible au niveau prostatique en 5 à 9 semaines et la durée d’action est d’environ 8 semaines. Pour ce qui est du comportement « sexuel », on considère qu’il faut environ 15 jours avant d’avoir un diminution de l’excitation du chien. Le problème est que dans certains cas, la mise au repos du chien est définitive !...  Attention de ne pas l(utiliser sur un futur reproducteur!!

Certaines molécules peuvent être administrées par voie orale, et leur durée d’action est bien plus limitée (quelques heures à quelques jours tout au plus). Les effets secondaires peuvent être tout autant significatifs sur la spermatogenèse, mais ils ne pourront être perçus qu’à l’issue d’un traitement de 60 jours au moins. Il n’y a donc pas vraiment moyen de moduler le risque pour un reproducteur non plus, sauf à utiliser une molécule spécifique qui diminue l’activité prostatique sans porter atteinte au fonctionnement testiculaire. Dans ce cas, le traitement ne peut toutefois être maintenu sans effet sur l’épididyme pendant plus de 18 mois…


Question : J’ai fait castrer mon chien. Mon vétérinaire m'avait dis qu'il devait grossir et ne plus sentir les chiennes en chaleurs, or il se trouve, qu'il n'est pas pris de poids et qu’il est tout fou depuis que ma femelle est en chaleurs. Est ce normal ? J’avais choisi la castration complète plutôt que la vasectomie pour éviter justement ce problème

Réponse : C’était quel type de castration, chimique ou chirurgicale ? Il avait quel âge lors de sa castration ?

Pour la prise de poids, les ¾ des chiens ou chiennes grossissent, surtout la première année, mais il y en a toujours quelques uns qui ne prennent pas un gramme, souvent les plus toniques. Parmi les  raisons de la prise de poids en dehors du côté hormonal, c’est le manque d’activité du chien, l’ennuie et la plupart du temps les complexes des maîtres qui vivent mal le choix de la castration qui rendent le chien boulimique.

En général, il faut attendre un minimum de  6 mois pour que le mâle commence à se calmer par rapport aux femelles, peut être qu’il va mettre plus longtemps puisqu’il y a une femelle la maison.

Si la castration est tardive, le mental reste opérationnel très longtemps !!

Quand la femelle est en chaleur, il y a des modifications  de statut dans la « meute », peut être, qu’il se manifeste parce qu’il est encore dans une situation intermédiaire et qu’il conteste, en devenant très démonstratif, la dernière place qu’il prend à cette occasion

 

Retour sur la page santé

Reflexions
ADN
Alimentation
Alimentation : préférences
Allergies
Allures
Antiparasitaires
Aoûtats
Ascaridiose
Atonie utérine
AVC
Avortement
Avortement 2
Bébés  nageurs
Boiteries
Borréliose
Cancer Tumeur
Carcinome Ossau
Carcinome Rumba
Castration
Césarienne
Chaleurs
Chenilles
Cheyletielloses
Chiot anasarque
Chiot anomalies
Chiot comportement
Chiot constantes
Chiot intégration
Chiot poids
Chiots FAQ
Choix d'un vétérinaire
Coccidiose
Coeur
Cœur de Blue
Coeur contrôles 1
Coeur contrôles 2
Comportement parental
Conjonctivite
Consanguinité
consommation
Coronavirus
Coup de chaleur
Croissance osseuse
Cystite
Démodécie
Dentition
Dépigmentation
Dépilation
Dérives races
Dermatologie
Diabète
Diarrhées
Dilatation torsion
Dilatation torsion 2
Dilatation torsion Blue
Doigt cassé
Durée de vie
Dysplasie
Dysplasie dépistage
Dysplasie stats.
Dysplasie triple ostéotomie
Dysurie
Echanges
Eclampsie
Ehrlichiose
Embolie
Entorse
Epilepsie
Epillet
Ergots
Ethique
Fentes palatines
Fourreau
Gale
Garde
Gastrectomie
Génétique couleurs
Génétique tests
Génétique introduction
Génotype
Gestation conseils
Gestation diagnostic
Gestation oui ou non
Gestation Schounga
Gestation Tistou
Gestation Tsiouydi
Giardiose
Glandes anales
Griffes  phanères 2
Grossesse nerveuse
Haendel croissance-1
Haendel croissance-2
Haendel croissance-3
Haendel difficultés pour se lever
Hématologie
Hématomes
Hépatite
Hépatozoonose
Hérédité
Hernie discale
Hernie ombilicale
Herpès Virose
Homéopathie
Hormones
Hot Spot
Hygiène
Hypertension
Implant
Incontinence
Innovations
Iinsémination
Insuffisance  lutéale
Intoxications
Invagination
Kystes
Kystes ovariens
Lait toxique
Leishmaniose
Leptospirose
Mal des transports
Maladie de Carré
Maladies  émergentes
Maladies génétiques
Male fertilité
Mamelles
Mammite
Mauvaise haleine
Méningite
Mise bas (1)
Mise bas (2)
Mise bas (3)
Mise bas Tistou
Morsure de chien-1
Morsure de chien-2
Mort subite
Mouches
Moustiques
Mue
Mycoplasmes
Myosite
Nécrose
Néosporose
Neurologie
Neuropathie
Nez et cavités nasales
Obéissance
Ocytocine
Oreilles
Oslérose
ostéochondrite
Ostéochondrome
Ostéopathie
Ostéosarcome
Ostéo.Gaurus
Ostéo. Gaurus 2
Othématome
Othématome de Blue
Ovariectomie
Pancréas
Parvovirose
Path. infectieuse
Path. parasitaire
Petits accidents
Phénotype
Phéromones
Piqûres
Piroplasmose
Pneumothorax
Poids  léonbergs
Poids et taille
Poids de Vijay
poils phanères
Pollution
Poumon
Poux
prognathisme
Progression
Progression 2
Prostate
Prothèses
Pseudo-gestation Ualougo
Puces
Pyodermite
Pyomètre
Rage
Rate
Reins
Rémanence ovarienne
Saillies
Santé au Pli
Sélection
Soins
Soins Collection
Soins Protections
Spermogramme
Squelette
Standard Léonberg
Statistitiques santé
Stérilisation
Suivi chaleurs
Suivi  chaleurs cas
Surpoids ou amaigrissement
Symphysiodèse dysplasie
Syndrome wobbler
Teigne
Tendinite
Testicules
Tétanos
Tête
Thyroïde
Tiques
Torsion utérine
Toux
Toux de chenil
Toxocarose
Toxoplasmose
Trachée
Transpiration
Troubles digestifs
Trousse d'urgence
Tumeur cutanée
Tumeur mammaire
Tumeur Schounga
Tumeur Tendresse
Tumeur Valki
Urgences
Vaccinations
Vaginites
Vermifuges
Vieillissement
Vieillissement Ni-T-Chang
Vieillissement Nostalgie
Vieillissement Tristan
Vieillissement Blue
Vieillissement Don Gio
virus
yeux
Yeux et annexes

Copyright.© Le Pli du Soleil. Tous droits réservés