Gestation diagnostic

 

 

Rétrospective de l'élevage du Pli du Soleil

Accueil ] Remonter ] Capucine ] Diabolo ] Nos portées ] Portée F H ] Portée I ] Portées M N ] Portée R ] Portée S ] Portées T ] Portées U V ] Valki ] A Nuance ] A Ouzame ] B.Pitchoum ] China Quzco ] D Raphan/Ricci ] Good Luck ] Généalogies ] Comportement ]

 

Accueil
Remonter

Diagnostics de gestation

 

 

Le diagnostic de gestation est désormais couramment réalisé chez les carnivores domestiques par palpation trans-abdominale des ampoules fœtales ou à l’aide de l’imagerie médicale (radiographie ou échographie). Malheureusement, les propriétaires de reproductrices de grande valeur génétique doivent encore aujourd’hui obligatoirement attendre que les conceptus soient palpables dans l’utérus pour savoir si les efforts qu’ils ont consentis (suivi de chaleur, insémination, etc …) seront récompensés …, ou si un protocole d’avortement doit être utilement mis en œuvre à la suite d’une saillie accidentelle. A défaut, ils auront recours à des examens plus onéreux tels que l’échographie pour visualiser précocement les ampoules fœtales. Toutefois, quelle que soit la méthode employée, le diagnostic de gestation ne pourra être envisagé avant la 3e ou 4e semaine, pour une durée totale de gestation de 9 semaines environ.

Chez la plupart des mammifères domestiques, l’activité cyclique normale est interrompue par la gestation et l’on observe un accroissement de la durée de la phase lutéale ainsi qu’un retard du retour en chaleurs. Sur ce point, la physiologie de la chienne diffère de celle des autres espèces puisque la durée de la phase lutéale est la même, qu’il y ait gestation ou non. Les profils sanguins d’autres hormones liées à la reproduction (œstrogènes, gonadotrophines d’origine pituitaire) sont également virtuellement les mêmes chez une chienne gestante et une chienne non gestante   Cette différence fondamentale explique à la fois pourquoi les cas de pseudo gestation sont si courants dans cette espèce, et pourquoi les méthodes endocrinologiques de diagnostic sont, chez la chienne, si différentes de celles que l’on utilise habituellement pour les autres espèces. De même, la chienne ne semble pas produire de gonadotrophines placentaires telles que la gonadotrophine chorionique (hCG) utilisable chez l’homme pour le diagnostic de grossesse.

 

 

 

 

Principaux stades de la gestation

 

La migration des blastocystes dans les cornes utérines débute 12 à 16 jours après le pic de LH, et leur implantation a lieu aux environ du 20e jour. A ce stade, de discrets renflements ovoïdes, localisés sur les sites placentaires le long des cornes utérines, peuvent être identifiées au travers de la paroi abdominale dès le 20e – 23e jour après l’ovulation (soit 22 à 25 jours après le pic de LH, ou 14 à 16 jours après le premier jour de di-œstrus). Certains auteurs rapportent que les vésicules embryonnaires les plus caudales pourraient même être identifiées au travers de la paroi abdominale dès le 17e – 22e jour après l’ovulation

 

  • fécondation des œufs : dans les oviductes ou trompes utérines

  • nidation :  dans l'utérus, 10 jours après avoir été fécondés

  • embryon : de la nidation jusqu'au 33ème jour, on parle d'embryon tant que le petit à naître ne ressemble pas encore à un chiot.

  • fœtus  : après le 33ème jour, on parle de fœtus, les organes, bien que petits sont en place

  • résorption embryonnaire : avant le 33ème jour

  • avortement : après le 33ème jour

  • accouchement prématuré : après le 50ème jour

 

 

Diagnostic de gestation

 par

palpation trans-abdominale

 

 

La réalisation d’une palpation trans-abdominale est oujours plus facile à décrire qu’à réaliser !... En effet, même lorsque l’examen est effectué au moment le plus approprié, le praticien éprouvera parfois des difficultés à confirmer la gestation chez une chienne de grand format, des femelles présentant une paroi abdominale particulièrement tendue, ou lorsque le ou les quelques fœtus sont portés très haut dans l’abdomen crânial.

Après 30 jours de gestation, l’augmentation de taille de l’utérus lui fait prendre une position davantage crânio-ventrale, parfois juste en arrière des côtes, ce qui rendra la palpation d’éventuels renflements plus délicate, voire impossible. A 35 jours, les vésicules embryonnaires s’allongent et les renflements utérins se rejoignent par dilatation des portions les séparant : leurs formes individuelles s’estompent et ne peuvent plus être identifiées. Puis les ampoules fœtales hypertrophiées par la masse liquidienne fluide et dépressible contenue dans les enveloppes ne sont plus discernables et séparables des autres viscères, du bol alimentaire ou fécal ou d’une affection utérine. A ce stade, seules les chiennes portant plusieurs fœtus présenteront une augmentation du volume abdominal : dans le cas d’une petite portée, le diagnostic s’avèrera délicat. Ce n’est qu’à partir du 45e jour de gestation que les fœtus redeviendront identifiables : on cherchera alors à palper les crânes fœtaux

 

  • Avant 28 jours

    • De discrets renflements ovoïdes, localisés sur les sites placentaires le long des cornes utérines, peuvent être palpés au travers de la paroi abdominale, à 20-23 jours de gestation
       

  • A 28 jours

    • Les renflements utérins mesurent 3 à 5 cm de diamètre (en moyenne)
       

  • Après 30 jours

    • les vésicules embryonnaires s'allongent. les renflements utérins se rejoignent, leurs formes individuelles s'estompent et ne peuvent plus être identifiées.

    • A ce stade, seules les chiennes qui portent plusieurs fœtus présentent une augmentation du volume abdominal
       

  • A partir de 45 jours

    • Il est de nouveau possible de palper les fœtus. le vétérinaire peut alors sentir les crânes fœtaux, les mouvements des chiots et parfois les battements cardiaques

 

Même lorsque l'examen est effectué au moment le plus approprié, le vétérinaire peut avoir des difficultés à réaliser la palpation

  • chez les chiennes de grand format

  • chez les chiennes qui présentent une paroi abdominale très tendue

  • lorsque les fœtus sont peu nombreux

  • lorsque les fœtus sont situés dans la partie crâniale des cornes

 


 

Diagnostic de gestation

 par

examen radiographique

 

L’examen radiographique de l’abdomen constitue un excellent moyen d’établir un diagnostic de gestation chez la chienne, et le meilleur moyen d’estimer le nombre de fœtus en développement.

Entre le 21e et le 42e jour après l’ovulation, un élargissement non spécifique des cornes utérines peut être observé chez de nombreuses chiennes : des renflements circulaires sont le plus souvent observés dès le 35e jour suivant le pic de LH ; six jours après, ces renflements sont plus distincts et donnent à l'utérus un aspect ovoïde (à ce stade, sa circonférence peut atteindre 10 à 15 cm) ; puis l'utérus prend une allure tubulaire lisse environ 34 à 41 jours après l'ovulation. Durant cette période, l’utérus sera d'abord visualisé le long de la paroi abdominale sur une vue dorso-ventrale et restera difficilement différenciable des intestins sur la vue de profil.

Si le début de minéralisation du squelette des fœtus commence au 35e jour de gestation, les signes de calcification fœtale les plus précoces ne seront identifiables qu’à partir du 43e – 46e jour après le pic de LH.

Une attention particulière sera naturellement portée à la technique radiographique. En effet, il est important d'inclure l'ensemble de l'abdomen (en fin de gestation, les cornes utérines atteignent la région crâniale de l'abdomen). D’autre part, pour différencier l'utérus gravide de la vessie, du colon ou éventuellement d'autres masses non spécifiques, le contraste devra être parfait. Une diète alimentaire de 24 heures et une préparation du colon 2 heures avant l'examen, ont été proposées pour optimiser la reconnaissance des fœtus dont le squelette est faiblement ossifié. Ces précautions sont particulièrement indiquées pendant la période de début de minéralisation ; à ce stade, l'utérus est hypertrophié et les squelettes pourraient ne pas être visualisés si la technique mise en œuvre est déficiente. Il est à noter d’ailleurs que l'apparition d'éléments ossifiés est du au rapport opacité du fœtus / opacité de l'abdomen maternel suffisant, et non à la minéralisation initiale. Même si les noyaux d'ossification sont présents, la différenciation histologique des points d'ossification précède, de quelques jours, leur mise en évidence radiologique.

 

Mise en évidence de l'utérus

 

  • A 33 jours

    • Des renflements circulaires peuvent être observés

     

  • Vers 39 jours

    • Les renflements sont plus distincts et donnent à l'utérus un aspect ovoïde. sa circonférence peut atteindre10 à 15 cm

     

  • Entre 34 et 41 jours

    • après l'ovulation

    • L'utérus prend une allure tubulaire lisse ( diagnostic difficile)

 

 

Mise en évidence des fœtus

 

  • A 35 jours

    • C'est le début de la minéralisation du squelette mais pour des raisons complexes il n'est pas possible de le voir sur une radio aussi tôt

     

  • A partir de 44 à 47 jours après l'ovulation

    • On peut commencer à établir un diagnostic, l'ossification fœtale est visible

     

  • Après 50 jours L'examen radiographique permet de  :

    • déterminer le nombre de chiots à naître

    • s'assurer de la viabilité des fœtus

    • évaluer les risques éventuels de dystocie (malposition au moment de la mise bas)

 


 

Diagnostic de gestation

par

examen échographique

 

L’examen échographique de la cavité abdominale constitue sans aucun doute le meilleur moyen d’établir le diagnostic de gestation chez la chienne. Avec la diminution des investissements qu’elle suppose et l’amélioration des matériels disponibles, l’échographie tend désormais à devenir un examen de routine pour le diagnostic précoce de la gestation et la détermination de la parfaite viabilité des fœtus au cours de leur développement. Les résultats dépendront néanmoins de l’équipement utilisé, de l’expérience du praticien et du tempérament de la chienne examinée…

Une tonte préalable de la zone à échographier permettra d’effectuer l’examen dans de bonnes conditions. En effet, la réflexion quasi-totale des ultrasons par l’air emmagasiné dans les poils empêche la visualisation des tissus mous cachés derrière. La paroi abdominale pourra être tondue entre les deux chaînes mammaires, de l’ombilic jusqu’au pubis. Cette pratique n’étant pas toujours acceptée par les propriétaires, l’utilisation de gel échographique en grande quantité après avoir mouillé la zone à l’alcool permettra d’obtenir des images satisfaisantes.

Une vessie pleine pourra servir de repère anatomique et de fenêtre acoustique pour l’observation de l’utérus ; une trop grande réplétion écrasera cependant les structures sous-jacentes. A l’inverse, une vessie vide effacera certains repères et les artéfacts dus à l’air dans le colon pourront s’avérer davantage présents.

Les chiennes sont généralement examinées en décubitus dorsal, placées confortablement dans un coussin prévu à cet effet. Toutefois, pour les sujets les plus nerveux, l’examen pourra être avantageusement être réalisé en position quadrupédale. Quoiqu’il en soit, il faudra trouver un compromis entre la qualité des images obtenues, le confort du manipulateur et celui de la chienne, tout en minimisant les manipulations de préparation de l’animal. La position choisie devra être respectée le plus souvent possible pour ne pas modifier les repères anatomiques du manipulateur.

Le choix de la sonde utilisée dépendra du stade de la gestation, de la taille de la chienne et de l’éventuelle obésité. Une sonde de 5.0 MHz sera suffisante pour la plupart des indications, même si l’on préférera une sonde de 7.5 MHz pour des chiennes de petit format ou lors de diagnostic précoce (avant le 25e jour de gestation).

L’image échographique évolue au cours de la gestation tandis que les différents éléments caractéristiques du développement embryonnaire se mettent en place. Durant la période préimplantatoire, aucune différence morphologique ne peut être réellement faite entre un utérus gravide et celui d’une chienne pseudo-gestante  

 Il semble plus raisonnable d’attendre le 30e jour après la dernière saillie pour établir définitivement le diagnostic de gestation et la viabilité des embryons, puisque ce délai suppose que la gestation ne peut être à moins de 23 ‑ 25 jours, compte tenu de la durée de vie des spermatozoïdes (5 à 7 jours) et des décalages possibles entre la date de saille et la date de fécondation.

Au-delà du seul diagnostic de gestation, l’échographie présente de nombreux avantages : elle permet en effet de confirmer tant la viabilité du fœtus que son parfait développement au fur et à mesure de la gestation. Elle permet également de déterminer avec une excellente précision la date de la mise-bas : plusieurs études utilisant le diamètre des sacs gestationnels (moyenne des valeurs ventro-dorsale et médio-latérale) au début de la gestation  et le diamètre bipariétal en fin de gestation ont permis de démontrer l’intérêt de tels examens, que ce soit pour des chiennes de petites ou de grandes races.

L'échographie présente toutefois un inconvénient : elle ne permet pas un dénombrement suffisamment précis des fœtus. En effet, lorsqu’elle est réalisée en fin de gestation, le nombre exact de fœtus ne peut être raisonnablement déterminé que lorsque la portée n’excède pas 4 chiots. A l’inverse, lorsque l’examen est réalisé précocement, la précision du dénombrement des fœtus ne semble guère plus importante que 32 %. Seules de petites portions du tractus reproducteur pouvant être imagés sur un même plan de coupe, il sera donc conseillé de suivre longitudinalement chaque corne utérine, de la bifurcation jusqu’à leur extrémité crâniale, si l’on souhaite estimer au mieux le nombre de conceptus. Néanmoins, en raison des résorptions partielles possibles chez la chienne, une surestimation du nombre de chiots à naître demeure toujours possible (20 % des cas environ).

 

 

 

  • Avant 15 jours

    • Pas de différence morphologique entre un utérus gravide et celui d'une femelle pseudo gestante

     

  • 15 à 18 jours après l'ovulation

    • Une  vésicule embryonnaire de 2mm de diamètre et de 3 à 6 mm de long peut être visible ( sur un bon appareil)

  • 18 à 21 jours après l'ovulation

    • Moitié crâniale de l'utérus : les ampoules sont difficiles à échographier, elles sont souvent cachées par les anses intestinales et la présence de gaz ou de matières fécales

    • Moitié caudale de l'utérus : la vessie et le colon facilitent l'interprétation des images

     

  • Avant 25 jours

    • on peut voir des ampoules

    •  on ne peut pas dire avec certitude qu'il n'y a pas gestation

     

  • Après 30 jours

    • après la dernière saillie

    • le diagnostic devient plus fiable

      • Cet examen constitue le meilleur moyen d'établir un diagnostic de gestation précoce

      • Il permet de s'assurer que les fœtus sont viables au cours de leur développement

      • Il permet de déterminer avec précision la date de la mise bas par la mesure du diamètre des vésicules embryonnaires

      • Il ne permet pas un dénombrement précis des fœtus

       

       

       


 

Le diagnostic de gestation

par

dosage biochimique et/ou hormonal

 

 

Malheureusement, la plupart des profils hormonaux d'une chienne gestante sont très comparables à ceux d'une chienne non gestante en metœstrus. Ainsi, chez la femelle gestante, les taux de progestérone plasmatique se maintiennent légèrement mieux en plateau et les taux d'œstrogènes augmentent sensiblement durant le dernier tiers de la gestation ; de même, le niveau de prolactine est quelque peu plus élevé chez une femelle gestante. Toutefois, ces différences sont trop faibles pour permettre une quelconque utilisation dans le cadre du diagnostic de gestation par dosage hormonal ; la superposition des valeurs absolues pour des chiennes gestantes comparées à celles de chiennes pseudo-gestantes est telle qu'aucune interprétation d'une valeur isolée n’est possible.

 

 

La plupart des dosages hormonaux et des protéines plasmatiques ne peuvent pas être utilisés

 

 

1-Les dosages hormonaux  chez la chienne

 

Progestérone, œstrogènes, gonatrophines

  • l'implantation est tardive : entre le 15ème et le 17ème jour après l'ovulation. C’est à ce moment que les embryons qui jusqu'alors se déplaçaient librement dans l'utérus de la future mère commencent à émettre des signaux hormonaux destinés à induire des modifications de la muqueuses autorisant leur fixation. L’implantation est immédiatement suivie du développement des annexes autorisant la survie des embryons pour la suite de la gestation, en particulier le placenta et s’accompagne de modifications endocrinologiques subtiles

  •  la durée de la phase lutéale est la même chez la chienne gestante ou non gestante

  • les profils sanguins des hormones liées à la reproduction sont les mêmes chez une femelle gestante et non gestante. cela explique pourquoi les cas de pseudo-gestation sont si courants chez la chienne et pourquoi un diagnostic de gestation ne peut pas reposer sur le dosage de la progestéronémie

  • La chienne ne semble pas produire de la gonadotrophine placentaire comme la femme (utilisée pour le test de grossesse)

 

2-les marqueurs non spécifiques chez la chienne :

 

 Le fibrinogène et la protéine C-réactive

  • la concentration en fibrinogène plasmatique est augmentée dès les 25 à 30 premiers jours suivant l’accouplement
  • les concentrations de la protéine C-réactive sont considérablement augmentées entre le 30e et le 50e jour de gestation.
  • les processus inflammatoires associés à une infection, tout autant que le développement placentaire dans l'utérus, peuvent conduire à une élévation des concentrations de ces protéines.  La proportion de faux positifs observés en utilisant ces marqueurs pour le diagnostic de gestation est donc malheureusement considérable.

 

3-Le dosage de la relaxine

 

  • Cette hormone induit le relâchement des tissus squelettiques du bassin et permet l'augmentation du diamètre pelvien avant la mise bas
  • Elle est produite par le placenta peu après la nidation et elle permet le relâchement des fibres musculaires lisses de l'utérus, ce qui autorise la croissance harmonieuse des ampoules fœtales
  • Sa concentration sanguine augmente considérablement au cous de la gestation
  • Un diagnostic est possible dès le 30-35ème jour après l'ovulation
  • un test a été mis au point
  • Ce dosage permet de gérer le problème d'une saillie accidentelle et éventuellement, d'envisager un protocole d'avortement

 

Quelle que soit la méthode utilisée, ce diagnostic ne peut être envisagé avant la 3ème ou la 4ème semaine après la saillie

 

Méthode utilisée

Période optimale après l'ovulation

Palpation trans-abdominale 28-33 jours

de préférence entre le 31e et le 33e jour après l'ovulation

Examen radiographique plus de 42 jours

au-delà du 50e jour de gestation, on peut déterminer le nombre de chiots à naître

Examen échographique plus de 22 jours

en cas de diagnostic de non gestation, il est conseillé de renouveler l'examen une semaine plus tard

dosage de la relaxine plus de 25 jours

en cas de diagnostic de non gestation, il est conseillé de renouveler l'examen une semaine plus tard

 

Si le début de la gestation est estimé en fonction des dates de saillie, les examens complémentaires peuvent être réalisés trop tôt et le diagnostic peut être faussement négatif

 

Le diagnostic de gestation est établi avec certitude

  • Dès que les ampoules fœtales sont observées

  • Dès que la moindre production de relaxine est confirmée

 

FAQ

Question : Est-ce que les tests de grossesse existe chez la chienne ?

Réponse : L’hCG est une hormone polypeptidique faisant partie de la famille des gonadotrophines. Les gonadotrophines sont, selon les espèces, utilisées pour le diagnostic précoce de gestation (grossesse chez la femme), l’induction de l’ovulation ou le contrôle de la croissance folliculaire, … et la modulation du métabolisme gonadique plus généralement (chez la femelle, comme chez le mâle).

 Chez la chienne, paradoxalement, aucune équipe n’a jusqu’à présent pu identifier une activité gonadotrophique de nature identique à celle qui est observée chez les autres mammifères. Pas moyen donc aujourd’hui de faire le diagnostic de gestation avant que l’implantation n’ait lieu et que les premiers facteurs de croissance du placenta (la relaxine en particulier) soient largués. Comme l’implantation se fait tardivement chez la chienne (16-17 jours après ovulation, c'est-à-dire à la fin du premier 1/3 de la gestation), aucun moyen pour l’instant de prédire si la chienne est gestante ou non avant. Cela ne signifie pas pour autant qu’une molécule équivalente à l’hCG n’existe pas chez la chienne. Quoique le maintient de la fonctionnalité du corps jaune (activité LH de l’hCG chez la femme) n’est pas lié à la LH et indépendant de la présence ou non d’une ampoule fœtale !...

 Attention également aux discours relatifs à la fiabilité ou à la sensibilité de tels « tests de grossesse ». Sensibilité et spécificité sont deux facteurs intimement liées lorsque l’on réalise un dosage ou la mise en évidence d’un anticorps. Le produit des deux est constant, ce qui signifie que lorsque l’on augmente la sensibilité, on diminue nécessairement la spécificité.


Question : j'ai présenté ma chienne à 30 jours après la saillie pour une échographie chez ma vétérinaire. Elle n'a pas pu me dire s'il y avait des bébés et m'a dit de revenir dans 15 jours. pourtant j'ai des amies qui elles ont les résultats à cette date.

Réponse : Il peut y avoir beaucoup de raisons pour que votre vétérinaire ne puisse pas voir à 30 jours si votre femelle est gestante.


Question : Ma chienne a été saillie à 11, 12 et 15 jours après le début de ses chaleurs avec le mâle de sa première portée. Tout dans son comportement laisse penser qu’elle est pleine. Aujourd’hui, je vais chez un vétérinaire pour l’écho qui après avoir vérifié dans un livre médical à quoi ressemblait un fœtus à 30 jours, me dit qu’elle n’est pas gestante. D’après-vous, est-il possible qu’il y ait erreur de diagnostic ? Ai-je fait l’écho trop tôt ?

Réponse : La lecture va dépendre du vétérinaire, du matériel et du calme de la chienne. Si le vétérinaire ne voit rien à 30 jours, vous recommencez une semaine après. S’il n’y a qu’un chiot il est difficile quelquefois de voir que la femelle est gestante. Mon vétérinaire n’avait pas vu que ma chienne attendait un chiot !.

  • Pour ce qui est du comportement on ne peut pas l’utiliser pour savoir si la chienne est gestante ou non
  • l'implantation est tardive : entre le 15ème et le 17ème jour après l'ovulation (la date d’ovulation est souvent différente de la date de la saillie)
  • la durée de la phase lutéale est la même chez la chienne gestante ou non gestante
  • les profils sanguins des hormones liées à la reproduction sont les mêmes chez une femelle gestante et non gestante.
  • Les comportements seront donc identiques pour une femelle gestante et une femelle non gestante pendant les 30 premiers jours  Bernadette 2008

Question : Qu'est ce qui est mieux pour savoir s'il y a des chiots : la radio ou l'écho? A quel moment vaut il mieux faire faire une radio? en fin de gestation ou après la mise bas?

Réponse 1 : Au-delà de 8 chiots, un vétérinaire – même expert – ne peut raisonnablement donner le décompte exact des chiots sur une radiographie. Dans 20% des cas, l’estimation qui aura été faite ne sera pas correcte. Le problème n’est pas le même pour une échographie. Si celle-ci est réalisée tardivement, le décompte est tout simplement impossible car la technique utilisée ne permet pas de visualiser autre chose qu’un plan de coupe (2D) et l’opérateur n’aura jamais la garantie de distinguer un chiot d’un autre qu’il aurait examiné sur une autre coupe. Lorsque l’échographie est réalisée précocement, la situation est différente. Les erreurs de décompte tiennent soit du fait que l’examen est réalisé très (trop ?) tôt et que toutes les ampoules fœtales n’ont pas été identifiées, soit qu’une résorption précoce à eu lieu (elles ne sont jamais associées à une quelconque manifestation clinique – passent inaperçues – et sont souvent partielles chez la chienne).  

L’examen radiographique me semble donc préférable à l’issue de la mise bas pour vérifier qu’il ne reste plus rien plutôt qu’avant pour estimer combien il y en aurait… Samuel

Réponse 2 : Actuellement, en médecine humaine, c'est l'échographie qui permet de déceler avec précision :

  • s'il y a grossesse (au besoin avec le beta-hcg)

  • combien de fœtus il y a (on repère pour cela l'activité cardiaque ou les activités cardiaques et non pas le squelette ("un train peut en cacher un autre")

  • s'il y a des malformations

  • quelle est la position du fœtus ET du placenta (risque de placenta implanté devant le canal de sortie = placenta praevia)

Après l'accouchement, l'échographie contrôle la vacuité de la cavité utérine (fœtus et placenta). Comme vous le constatez aisément, dans tout ça pas besoin de radiographie. Gérard


Question : une femelle qui est peut-être gestante et que l'on met sous antibiotique pour éventuellement prévenir d'une infection est-ce une bonne chose d'après vous ? est-ce vraiment sans risque pour les fœtus ou les chiots ?

Réponse : Il y a beaucoup de femelles gestantes qui sont mises sous antibiotiques, soit par l’éleveur lui-même à titre préventif, soit par le vétérinaire. Il y a toujours un risque, surtout si l’antibiotique est mal ciblé ou inutile. Le vétérinaire sait, en principe, ce qu’il peut administrer et quand le risque de perdre la portée ou la chienne est plus important que l’administration de l’antibiotique lui-même.

 

 

 

 

Système reproducteur, reproduction et chiots

Reflexions
ADN
Alimentation
Alimentation : préférences
Allergies
Allures
Antiparasitaires
Aoûtats
Ascaridiose
Atonie utérine
AVC
Avortement
Avortement 2
Babines
Bébés  nageurs
Boiteries
Borréliose
Cancer Tumeur
Carcinome Ossau
Carcinome Rumba
Castration
Césarienne
Chaleurs
Chenilles
Cheyletielloses
Chiot anasarque
Chiot anomalies
Chiot comportement
Chiot constantes
Chiot intégration
Chiot poids
Chiots FAQ
Choix d'un vétérinaire
Coccidiose
Coeur
Cœur de Blue
Coeur contrôles 1
Coeur contrôles 2
Comportement parental
Conjonctivite
Consanguinité
consommation
Coronavirus
Coup de chaleur
Croissance osseuse
Cystite
Démodécie
Dentition
Dépilation
Dérives races
Dermatologie
Diabète
Diarrhées
Dilatation torsion
Dilatation torsion 2
Dilatation torsion Blue
Doigt cassé
Durée de vie
Dysplasie
Dysplasie dépistage
Dysplasie stats.
Dysplasie triple ostéotomie
Dysurie
Echanges
Eclampsie
Ehrlichiose
Embolie
Entorse
Epilepsie
Epillet
Ergots
Ethique
Fentes palatines
Fourreau
Gale
Garde
Gastrectomie
Génétique couleurs
Génétique tests
Génétique introduction
Génotype
Gestation conseils
Gestation diagnostic
Gestation oui ou non
Gestation Schounga
Gestation Tistou
Gestation Tsiouydi
Giardiose
Glandes anales
Griffes  phanères 2
Grossesse nerveuse
Haendel croissance-1
Haendel croissance-2
Haendel croissance-3
Haendel difficultés pour se lever
Hématologie
Hématomes
Hépatite
Hépatozoonose
Hérédité
Hernie discale
Hernie ombilicale
Herpès Virose
Homéopathie
Hormones
Hot Spot
Hygiène
Hypertension
Implant
Incontinence
Innovations
Iinsémination
Insuffisance  lutéale
Intoxications
Invagination
Kystes
Kystes ovariens
Lait toxique
Leishmaniose
Leptospirose
Mal des transports
Maladie de Carré
Maladies  émergentes
Maladies génétiques
Male fertilité
Mamelles
Mammite
Mauvaise haleine
Méningite
Mise bas (1)
Mise bas (2)
Mise bas (3)
Mise bas Tistou
Morsure de chien-1
Morsure de chien-2
Mort subite
Mouches
Moustiques
Mue
Mycoplasmes
Myosite
Nécrose
Néosporose
Neurologie
Neuropathie
Nez et cavités nasales
Obéissance
Ocytocine
Oreilles
Oslérose
ostéochondrite
Ostéochondrome
Ostéopathie
Ostéosarcome
Ostéo.Gaurus
Ostéo. Gaurus 2
Othématome
Othématome de Blue
Ovariectomie
Pancréas
Parvovirose
Path. infectieuse
Path. parasitaire
Petits accidents
Phénotype
Phéromones
Piqûres
Piroplasmose
Pneumothorax
Poids  léonbergs
Poids et taille
Poids de Vijay
poils phanères
Pollution
Poumon
Poux
prognathisme
Progression
Progression 2
Prostate
Prothèses
Pseudo-gestation Ualougo
Puces
Pyodermite
Pyomètre
Rage
Rate
Reins
Rémanence ovarienne
Saillies
Santé au Pli
Sélection
Soins
Soins Collection
Soins Protections
Spermogramme
Squelette
Standard Léonberg
Statistitiques santé
Stérilisation
Suivi chaleurs
Suivi  chaleurs cas
Surpoids ou amaigrissement
Symphysiodèse dysplasie
Syndrome wobbler
Teigne
Tendinite
Testicules
Tétanos
Tête
Thyroïde
Tiques
Torsion utérine
Toux
Toux de chenil
Toxocarose
Toxoplasmose
Trachée
Transpiration
Troubles digestifs
Trousse d'urgence
Truffe
Tumeur cutanée
Tumeur mammaire
Tumeur Schounga
Tumeur Tendresse
Tumeur Valki
Urgences
Vaccinations
Vaginites
Vermifuges
Vieillissement
Vieillissement Ni-T-Chang
Vieillissement Nostalgie
Vieillissement Tristan
Vieillissement Blue
Vieillissement Don Gio
virus
yeux
Yeux et annexes

Copyright.© Le Pli du Soleil. Tous droits réservés