Hygiène

 

 

Rétrospective de l'élevage du Pli du Soleil

Accueil ] Remonter ] Capucine ] Diabolo ] Nos portées ] Portée F H ] Portée I ] Portées M N ] Portée R ] Portée S ] Portées T ] Portées U V ] Valki ] A Nuance ] A Ouzame ] B.Pitchoum ] China Quzco ] D Raphan/Ricci ] Good Luck ] Généalogies ] Comportement ]

 

Accueil
Remonter

 

 

 

Hygiène : nettoyage et désinfection

 

L’hygiène est définie comme l’ensemble des principes et des pratiques qui visent à préserver ou favoriser la santé.

Certes l’herpes virus sévit dans de nombreux élevages, certes la brucellose canine guette les élevages européens, mais le microbisme d’élevage avec ses colibacilles, ses salmonelles, ses streptocoques, ses staphylocoques et autres parasites est le plus souvent responsable de la mortalité ou de la morbidité dont il est l’agent causal ou le facteur aggravant.

Le microbisme d’élevage ne peut être minimisé que par le nettoyage et la désinfection.

 

Nettoyage et désinfection

 

Avant d’aborder la question du nettoyage et de la désinfection, il convient de comprendre la signification des termes en rapport avec la destruction des micro-organismes : alors que la stérilisation correspond à la destruction de tous les micro-organismes y compris les spores bactériennes, la désinfection permet la suppression des micro-organismes pathogènes, mais pas nécessairement les spores bactériennes. Dans le cas d’une désinfection, l’on cherche à réduire le nombre des formes végétatives des micro-organismes à un niveau qui n’est pas nocif pour la santé.

Il faut bien comprendre que la désinfection est tout à fait différente de la stérilisation, puisqu’on ne peut pas compter sur les désinfectants pour tuer toutes les spores bactériennes. Par conséquent, la désinfection ne pourra pas produire de conditions stériles.

 

Eau sous pression

 

De même, la référence à l’eau sous pression est un moyen pratique pour le nettoyage mais qui n’exclue pas la serpillière, la brosse et l’addition de détergents que l’on prendra soin de laisser agir quelques minutes pour leur permettre de décoller la matière organique dans les angles et les aspérités.

Enfin, la phase ultime et indispensable du nettoyage est le rinçage à l’eau claire.

 

La désinfection

 

Elle fait suite au rinçage et le choix des produits utilisés est essentiel : il n’y a pas de produit miracle ; chacun a ses avantages, ses inconvénients qui dictent son indication d’utilisation.

  • Les produits chlorés et tout simplement l’eau de Javel ont l’avantage d’un spectre large, d’un coût modique, d’une totale sécurité et d’un effet désodorisant. Ils sont cependant corrosifs pour les métaux et le caoutchouc, non détergents et favorisent la sporulation des ookystes. Ils sont de loin les plus utilisés dans les élevages et à tous les niveaux.

  • Les produits iodés sont d’excellents virucides et antiseptiques mais ils sont également irritants, corrosifs (métaux, ciment, caoutchouc, plastique), inactifs en eau dure et d’un coût relativement élevé.

  • Les phénols naturels ou de synthèse sont d’excellents désinfectants pour les locaux, fortement bactéricides, faiblement virucides, d’un coût raisonnable, mais peu biodégradables. Irritants au contact de la peau, ils doivent être utilisés avec des gants en caoutchouc.

  • Le formol et ses dérivés ont l’avantage d’un large spectre, sont thermonébulisables mais très irritants, d’une odeur désagréables et cancérigènes. Ils sont à réserver lors de vide sanitaire, c’est à dire dans des conditions extrêmes.

  • Les ammoniums quaternaires ne sont pas corrosifs. Tensioactifs donc nettoyants, biodégradables, actifs sur les moisissures, plus bactériostatiques que bactéricides, ils ont peu d’action virucide. Ils sont intéressants pour une désinfection sommaire en milieu cliniquement sain. Les huiles essentielles présentent l’inconvénient d’un spectre étroit, mais sont nébulisables, insectifuges, et peuvent être utiles en présence d’animaux. Elles donnent également à l’établissement une odeur souvent agréable.

Ainsi, le désinfectant de base reste l’eau de Javel : en milieu sain, il suffira de lui associer une nébulisation sommaire d’huiles essentielles.

Lors d’épizootie virale, les produits iodés seront incontournables, tout comme les phénols lors d’enzootie bactérienne.

Nettoyage et désinfection devront toujours respecter le principe de la marche en avant : en premier lieu maternité, puis les jeunes, les adultes pour terminer par le local de quarantaine ; l’idéal étant de traverser un pédiluve ou de se laver les bottes entre chaque étape.

 

 

Hygiène : mesures complémentaires

 

Trois groupe de mesures viennent compléter l’hygiène des locaux, parmi lesquels peuvent être distingués : les mesures de base (alimentation, traitements antiparasitaires, prophylaxie médicale), la quarantaine et l’aménagement de l’établissement.

 

Les mesures de base

 

Avant la mise en place d’une prophylaxie sanitaire bien conduite contre les pathologies infectieuses, les mesures de bases suivantes doivent nécessairement être acquises :

une alimentation de bonne qualité, qui mérite d’être étudiée et remise en cause chaque fois qu’un incident pathologique est observé : par soucis légitime d’économies réalisables, certains éleveurs acceptent des produits de qualité de plus en plus médiocre, changent fréquemment d’alimentation sans respecter de transition, ce qui est propice au développement de troubles digestifs ;

une prophylaxie rigoureuse contre le parasitisme interne et externe par des traitements systématiques sous contrôle de raclages cutanés et d’examens coproscopiques ;

des protocoles de vaccination parfaitement établis contre les maladies qui peuvent être ainsi prévenues.

 

La quarantaine

 

Tout animal introduit dans l’établissement sera isolé pendant un minimum de 15 jours du reste de l’effectif. Mais il convient de ne pas se contenter d’un simple isolement et de réaliser une quarantaine que l’on pourrait qualifier « d’active », c’est à dire :

  • un examen clinique complet pour rechercher tares et défauts ;

  • raclages cutanés en cas de lésions suspectes ;

  • examens coproscopiques systématiques et traitements antiparasitaires appropriés ;

  • rappels de vaccinations (si l’on ne peut pas faire totalement confiance au précédent propriétaire, il faudra reprendre le protocole au départ) ;

  • sérologie brucellose s’il s’agit de reproducteurs adultes ;

  • transition alimentaires avec le précédent régime.

 

L’aménagement des locaux

 

L’organisation espacée

C’est la meilleure prévention des maladies infectieuses. Il est indispensable de prévoir trois zones :

les adultes avec leurs boxes et leurs parcours dans lesquels, selon les races, ils peuvent être regroupés par 2 ou 4 ;

les chiots sevrés en attente de commercialisation ou gardés pour le renouvellement de l’effectif ;

la maternité impérativement isolée des autres structures, et répondant à des normes précises de température et d’hygrométrie.

 

Les matériaux

 

Les matériaux utilises au niveau des cages et la conception des installations doivent permettre un nettoyage facile, résister aux destructions éventuelles par les chiens.

 

Séparation de l’élevage

 

L’élevage doit être nettement séparé d’un secteur éventuel pour pension ou dressage. Les visiteurs ne doivent en aucun cas avoir accès à la maternité. L’accès aux installations doit être limité aux boxes des adultes et des chiots en sevrage une fois vaccinés. Des pédiluves devraient être implantés entre chaque secteur d’activité.

 

Hygiène : comment se laver les mains

 

 

Cela semble simple, mais si vous regardez les gens autour de vous, il est facile de constater que chacun à sa « technique ».

 

Une bonne méthode

 

Dans un premier temps, il faut éliminer les salissures : tremper ses mains quelques minutes dans une eau tiède savonneuse ramollit les débris. Un brossage facilite les choses pour les ongles en particulier.

Dans un second temps, l’usage d’un savon : le faire mousser plusieurs minutes permet d’éliminer une partie de la population bactérienne normale sur la peau. Le rinçage à grande eau et le séchage avec une serviette propre terminent l’opération.

On ne doit pas se limiter à laver le bout des doigts, mais consciencieusement les doigts, les paumes et le dos de la main, voire une bonne moitié d’avant-bras.

_

Pour porter ses fruits, l’hygiène doit toujours être rigoureuse.

 

Hygiène : les déjections

 

 

 C'est une source de contaminations

Il ne faut pas oublier que les chiens reniflent régulièrement leurs déjections, se roulent ou marchent dedans, parfois même les ingèrent et peuvent donc se contaminer.

La parvovirose est une pathologie entraînant le plus fort taux de mortalité dans une population canine, en particulier pour les chiots. Pénétrant par la bouche, le virus s’attaque au tractus digestif en détruisant les cellules épithéliales, ce qui entraîne une perte progressive des capacités d’absorption des nutriments. Une sévère perte aqueuse par diarrhée et vomissements amène une déshydratation intense pouvant conduire à la mort. La parvovirose affecte également le système immunitaire et peut entraîner des défaillances cardiaques.

Les trichures sont des suceurs de sang. Ils tunnélisent la paroi intestinale pour atteindre les vaisseaux et leur repas sanguin. Vomissements, diarrhée, perte de poids sont les symptômes habituels de cette affection. Dans la majeure partie des cas, une anémie s’installe. Les difficultés diagnostique et les problèmes liés au traitement (difficiles à éliminer) rendent cette affection très commune.

Les ankylostomes sont également hématophages, et fixés à la paroi digestive. Ils se repaissent d’une bouillie de tissus intestinaux malaxés par leurs pièces buccales. Une anémie et/ou une inflammation intense en résultent. Cette affection est transmissible à l’homme.

Les ascaris affectent les poumons et le tube digestif, entraînant classiquement diarrhée et vomissements. En cas d’infection massive, des convulsions peuvent survenir par hypoglycémie sévère. Cette affection est transmissible à l’homme.

Les giardia sont des parasites unicellulaires entraînant des diarrhées, tant chez le chien, le chat, que chez l’homme. Sous diagnostiquée, l’affection est parfois difficile à traiter.

Egalement unicellulaires, les coccidies entraînent des diarrhées, surtout chez le chiot.

La meilleure prévention consiste en l’élimination, au minimum quotidienne (plus souvent si possible) des selles, de réaliser une prévention vaccinale sérieuse et une vermifugation régulière et contrôlée par coproscopie.

Il est également important de protéger les lieux de stockage des selles, d’une part des animaux, d’autre part de la pluie qui pourrait disperser les matières contaminantes dans l’environnement.

 

 

FAQ

Question : Quel produit utiliser?

Réponse : Il existe plusieurs produits ; le classique savon de Marseille est très efficace (rappelons d’ailleurs pour information que c’est le seul produit actif sur l’agent pathogène de la rage). Certains préfèrent utiliser des savons professionnels bactéricides et virucides.

Dans le lavage des mains, c’est surtout la méthode qui est garante de l’efficacité.

Attention cependant, une serviette sale est un excellent moyen de contamination, quel que soit le lavage préalable.


Question : Quand se laver les mains?

Réponse  :Généralement, il est prudent de se laver les mains avant de prendre soins des chiots ou de tout individu sensible, pour donner à manger, faire un soin, changer un pansement.

Si une bonne organisation tien compte de la marche en avant (faire les choses les plus propres en premier pour finir par les plus sales), elle ne dispense aucunement de se laver les mains, voire de mettre des gants pour les travaux salissants comme le ramassage des selles ou le nettoyage des boxes. Après ces travaux, ou un passage aux toilettes, il faudra encore se laver les mains.


Questions :  j'ai plusieurs chiens et vous dites qu'il faut nettoyer et éliminer les selles, mais les éboueurs ne veulent pas les prendre même mis dans des sacs!! pourtant ils prennent bien les couches des bébés!!!

Réponse : La question pour les déchets est à l’ordre du jour dans tous les élevages en France. Les chiens sont considérés comme pollueur au même titre que les cochons!. Autrefois les éboueurs prenaient les déchets canins. Avec le tri sélectif, c’est terminé.

Les règles sanitaires sont départementales, elles sont modifiables en fonction des impératifs locaux.

 En général, pour les déchets des chiens,  il est interdit

  • de les enterrer ou de les utiliser comme engrais direct (pollution des sols),
  • de les laisser à l’air libre, style fumier (pollution de l’air pour les voisins)

La solution proposée pour les petits élevages est la transformation en compost mais si vous n'êtes pas adepte de jardinage, il va falloir trouver une bonne âme qui en voudra!

Pour les élevages de plus de 10 chiens, il faut une fosse septique spécifique pour eux.

Il faut aussi pouvoir nettoyer le sol au karcher donc les aires doivent être bétonnée. Seules les aires de jeu restent en herbe. Souvent les animaux font des plaies de contact avec le béton. A partir de quel moment peut on dire que l'hygiène doit prendre le pas sur le confort de vie de l'animal?

 

 

 

Accueil Santé  

Reflexions
ADN
Alimentation
Alimentation : préférences
Allergies
Allures
Antiparasitaires
Aoûtats
Ascaridiose
Atonie utérine
AVC
Avortement
Avortement 2
Babines
Bébés  nageurs
Boiteries
Borréliose
Cancer Tumeur
Carcinome Ossau
Carcinome Rumba
Castration
Césarienne
Chaleurs
Chenilles
Cheyletielloses
Chiot anasarque
Chiot anomalies
Chiot comportement
Chiot constantes
Chiot intégration
Chiot poids
Chiots FAQ
Choix d'un vétérinaire
Coccidiose
Coeur
Cœur de Blue
Coeur contrôles 1
Coeur contrôles 2
Comportement parental
Conjonctivite
Consanguinité
consommation
Coronavirus
Coup de chaleur
Croissance osseuse
Cystite
Démodécie
Dentition
Dépilation
Dérives races
Dermatologie
Diabète
Diarrhées
Dilatation torsion
Dilatation torsion 2
Dilatation torsion Blue
Doigt cassé
Durée de vie
Dysplasie
Dysplasie dépistage
Dysplasie stats.
Dysplasie triple ostéotomie
Dysurie
Echanges
Eclampsie
Ehrlichiose
Embolie
Entorse
Epilepsie
Epillet
Ergots
Ethique
Fentes palatines
Fourreau
Gale
Garde
Gastrectomie
Génétique couleurs
Génétique tests
Génétique introduction
Génotype
Gestation conseils
Gestation diagnostic
Gestation oui ou non
Gestation Schounga
Gestation Tistou
Gestation Tsiouydi
Giardiose
Glandes anales
Griffes  phanères 2
Grossesse nerveuse
Haendel croissance-1
Haendel croissance-2
Haendel croissance-3
Haendel difficultés pour se lever
Hématologie
Hématomes
Hépatite
Hépatozoonose
Hérédité
Hernie discale
Hernie ombilicale
Herpès Virose
Homéopathie
Hormones
Hot Spot
Hygiène
Hypertension
Implant
Incontinence
Innovations
Iinsémination
Insuffisance  lutéale
Intoxications
Invagination
Kystes
Kystes ovariens
Lait toxique
Leishmaniose
Leptospirose
Mal des transports
Maladie de Carré
Maladies  émergentes
Maladies génétiques
Male fertilité
Mamelles
Mammite
Mauvaise haleine
Méningite
Mise bas (1)
Mise bas (2)
Mise bas (3)
Mise bas Tistou
Morsure de chien-1
Morsure de chien-2
Mort subite
Mouches
Moustiques
Mue
Mycoplasmes
Myosite
Nécrose
Néosporose
Neurologie
Neuropathie
Nez et cavités nasales
Obéissance
Ocytocine
Oreilles
Oslérose
ostéochondrite
Ostéochondrome
Ostéopathie
Ostéosarcome
Ostéo.Gaurus
Ostéo. Gaurus 2
Othématome
Othématome de Blue
Ovariectomie
Pancréas
Parvovirose
Path. infectieuse
Path. parasitaire
Petits accidents
Phénotype
Phéromones
Piqûres
Piroplasmose
Pneumothorax
Poids  léonbergs
Poids et taille
Poids de Vijay
poils phanères
Pollution
Poumon
Poux
prognathisme
Progression
Progression 2
Prostate
Prothèses
Pseudo-gestation Ualougo
Puces
Pyodermite
Pyomètre
Rage
Rate
Reins
Rémanence ovarienne
Saillies
Santé au Pli
Sélection
Soins
Soins Collection
Soins Protections
Spermogramme
Squelette
Standard Léonberg
Statistitiques santé
Stérilisation
Suivi chaleurs
Suivi  chaleurs cas
Surpoids ou amaigrissement
Symphysiodèse dysplasie
Syndrome wobbler
Teigne
Tendinite
Testicules
Tétanos
Tête
Thyroïde
Tiques
Torsion utérine
Toux
Toux de chenil
Toxocarose
Toxoplasmose
Trachée
Transpiration
Troubles digestifs
Trousse d'urgence
Truffe
Tumeur cutanée
Tumeur mammaire
Tumeur Schounga
Tumeur Tendresse
Tumeur Valki
Urgences
Vaccinations
Vaginites
Vermifuges
Vieillissement
Vieillissement Ni-T-Chang
Vieillissement Nostalgie
Vieillissement Tristan
Vieillissement Blue
Vieillissement Don Gio
virus
yeux
Yeux et annexes

Copyright.© Le Pli du Soleil. Tous droits réservés