Myosite

 

 

Rétrospective de l'élevage du Pli du Soleil

Accueil ] Remonter ] Capucine ] Diabolo ] Nos portées ] Portée F H ] Portée I ] Portées M N ] Portée R ] Portée S ] Portées T ] Portées U V ] Valki ] A Nuance ] A Ouzame ] B.Pitchoum ] China Quzco ] D Raphan/Ricci ] Good Luck ] Généalogies ] Comportement ]

 

Accueil
Remonter

Myosites

 

La myosite est une inflammation du muscle strié squelettique.

 Il existe deux sortes de tissu musculaire dans l'organisme, le muscle lisse (muscle du système digestif ...) et le tissu musculaire strié des muscles squelettiques ( mouvement des membres...)

 

Causes

Quelques causes de myosite chez l'homme  :

  • Cancer ( glande mammaire, bronches....)
  • Maladies systémiques (maladies inflammatoires diffuses dont l'origine est inconnue)
  • Maladies auto-immunes (maladie provoquée par un dysfonctionnement du système immunitaire)
  • Infection musculaire
  • Intoxications médicamenteuses.

Quelques causes de polymyosite chez le chien :

  • maladies auto-immunes ( lupus érythémateux systémique, thyroïdite lymphocytaire primaire, la polyarthrite à médiation immunitaire)

  • cancer (tumeur du thymus), généralement accompagné par une my

  • myasthénie grave ou fatigabilité anormale des muscles volontaires (muscles squelettiques) s'accompagnant d'épuisement progressif de la force musculaire..

  • dermatomyosite chez les chien Collies et Shelties,

 

Polymyosite lymphocytaire chez le chien

 

La Polymyosite est un trouble myopathique (atteinte des muscles) relativement fréquent chez le chien

La cause de la polymyosite chez le chien n'est toujours pas connue, mais la réactivité de la maladie à certains traitements suggère que les mécanismes entraînant le déclenchement ou le développement de cette maladie sont à composante immunitaire.

 

Symptômes

 

L’apparition des symptômes peut être aiguë ou chronique.

Les symptômes aiguës peuvent être :

  • vomissements

  • salivation excessive,

  •  faiblesse de la démarche avec une fatigue rapide,

  •  mégaœsophage,

  • dysphagie,

  • boiteries lors de déplacements

  • raideur de la démarche,

  • gonflement musculaire

  • douleur,

  • fièvre,

  • atrophie musculaire,

  • changement de la voix

  • dépression.

Diagnostic

 

Il est fondé sur :

  • signes cliniques,

  • augmentation des taux sériques

  • augmentation des enzymes musculaires,

  • anomalies électromyographiques,

  • preuves histopathologiques de la nécrose musculaire et infiltrats de cellules inflammatoires.

Le diagnostic est précis si tous les critères sont présents, probable si les trois sont présents, et possible si les deux sont trouvés L'activité des enzymes musculaires est un indice fiable de polymyosite

 

Pronostic

 

Le pronostic est généralement favorable pour les animaux atteints de polymyosite, à condition que la pneumonie d'inhalation ne soit pas une complication, et que  de graves dommages ne se soient pas produits dans les muscles de l'œsophage et du larynx. La maladie est généralement sensible aux corticoïdes. La posologie est réduite après la rémission et retirée graduellement grâce à la thérapie jour de rechange. Dans certains cas, une thérapie à long terme de 12 mois ou plus peut être nécessaire. Un immunosupresseur (par exemple, Azathioprine) peut également être utilisée en association avec des corticoïdes et a un effet épargne sur les stéroïdes. Des épisodes cliniques répétés ne sont pas rares. Un patch pour le soulagement de la douleur au cours des 2 ou 3 premiers jours peut être recommandé.

Le pronostic est réservé chez les animaux avec une tumeur du thymus en raison du potentiel de malignité.

 

 

Témoignages

 

Comme promis, voici un petit résumé de la vie de notre léonberg.

 

En premier lieu un cri :

 

Non ! Notre chien n’était pas un chiot feignant. Non ! Ses os ne grandissaient pas plus vite que ses muscles (!)  et Non ! Nous ne lui passions pas tous ses caprices.

 

Notre Léonberg est atteint de polymyosite lymphocytaire.

 

Il a maintenant 8 mois et je pense important de partager notre vécu, et peut-être obtenir des témoignages de personnes ayant du affronter cette maladie chez leur chien.

 

Lorsqu’il est arrivé chez nous fin juillet 2009, c’était un gros bébé de 8 semaines qui principalement, dormait et mangeait, il était plutôt du genre à attendre que l’on vienne s’occuper de lui… et pour cause…..

Nous avons deux autres Léo : un de 6 ans et un autre de 9 mois. Le fait d’avoir 2 chiots de la même race, et pratiquement du même âge, nous a conforté, dès les premiers jours, dans notre avis qu’il n’allait pas bien.

Il était incapable de se lever seul, avait une démarche mal assurée, souvent il tombait car ses pattes avant glissaient,  il marchait comme avec des palmes, en appui sur toute la longueur de ses doigts, un regard triste….C’était un chiot qui se fatiguait vite et ne participait que quelques minutes aux jeux .

Le premier vétérinaire consulté n’a rien trouvé d’anormal, c’était un chien de grande race qui grandissait trop vite…….euh !

Au bout d’un mois il a commencé à régurgiter ses repas, il respirait fort et ne cherchait même plus à se lever seul, il nous appelait avec un jappement caverneux.

En septembre, le 3ième vétérinaire consulté a ouvert de grands yeux en le voyant dans la salle d’attente : enfin quelqu’un qui, au premier regard, a décelé un problème.

Au bout de nombreux examens le diagnostic est tombé mi décembre : polymyosite lymphocytaire.

A ce moment là il commençait à avoir des signes de paralysie du larynx, et parfois son corps était secoué par des spasmes…

Les régurgitations étaient à peu près contrôlées avec des repas nombreux et en petites quantités (la radio a révélé un léger méga-œsophage)

 

La corticothérapie a été mise en place progressivement, mais au bout de 3 semaines et avec seulement 50mgr de Prednisone par jour (il pesait 40Kgr), il a eu des problèmes de halètement intense et continu, nous devions le sortir jusqu’à 6 fois par nuit. Il avait des diarrhées fétides De plus, même si il semblait plus alerte, il n’arrivait qu’à se lever qu’une fois sur deux.

Le traitement a été ramené à 50mgr aux 2 jours, en attendant de commencer un traitement de Ciclosporine. Nous devrions le commencer dans une dizaine de jours.

 

Actuellement il ne peut se lever qu’avec de gros efforts et seulement si il est sur un tapis.

Les régurgitations sont rares (1 à 2 fois par semaine)  mais violentes.

Ses selles sont molles et toujours nauséabondes, malgré un traitement pour reconstituer la flore intestinale.

Nous ne nous levons plus que 2 à 3 fois par nuit, et ne pouvons pas le laisser seul plus de 4 heures.

Son aspect physique est assez particulier : pattes avant courtes, en rotation externe et  anguleuses au niveau des poignets.

 

Bien que nous savons que le pronostic n’est pas très réjouissant, nous espérons encore trouver un traitement pour au moins le soulager un peu……Car nous n’avons encore jamais pu avoir un avis objectif, détaché de tout émotionnel, sur l’évolution de cette maladie chez le chien.

Il semble qu’elle soit très méconnue et ainsi que nous l’a dit notre vétérinaire : « On ne sait pas grand chose sur son évolution chez le chien, ils sont souvent euthanasiés dès leur plus jeune âge »

 

Evidemment nous voulons que notre chien ait une vie correcte, mais à partir de quand une vie devient-elle incorrecte ?

Jusqu’à quand serons nous capables se supporter les contraintes de cette maladie ?

Déjà personnellement j’ai du mal a le relever car il pèse maintenant 60 Kg……

Nous sommes dans une phase de questionnements cruels.

 

Donc tout lien vers des informations, publications, témoignages, conseils….. seraient les bienvenus.

 

--------------------------------

 

Commentaire de Bernadette Buff, webmaster du site :

 

Les témoignages sur mon site restent anonymes sauf pour les chiens de mon élevage, pour quelques éleveurs qui désirent eux aussi assumer ouvertement les problèmes inhérents à tout ce qui est vivant et pour quelques cas de santé (accidents ou petits problèmes) qui n’entraînent pas de conclusions ou de jugements arbitraires.

_________________________

Voici les résultats des examens

4 mois

5 mois

 

6 mois

---

Une biopsie nerfs/muscles  a été envoyée dans un laboratoire en Californie et le résultat est revenu négatif pour la polyneuropathie.

 

 

 

 

FAQ

 

Question J'ai vendu un chiot léonberg il y a un an. Son propriétaire me dit qu'il Il souffre de "myosite masseters"...  Eclairez moi!

Réponse : ci-après je vous joins ma traduction version "démédicalisée" du textbook of veterinary internal medecine de 2005 (pages 903 à 904)

La myosite (=inflammaton des muscles ) des muscles masticateurs (car en fait c'est de cela qu'il s'agit) fait partie des myosites de type immunitaires. (il y a des myosites immunitaires et des myosites suite à une maladie infectieuse (leptospirose p.ex.)

Ces muscles masticateurs ont une origine embryologique particulière en ce sens qu'ils contiennent des fibres dites type 2M (peu importe pourquoi ce nom). Ces fibres particulières ont une myosine (= protéine particulière qui joue un rôle prépondérant dans la contraction des fibres musculaires) qui est malheureusement souvent involvée dans des processus immunitaires. Cette maladie peut affecter tous les chiens, peu importe leur âge ou leur race mais c'est surtout le berger allemand qui en fait la victime préféré (prédisposition génétique).

Dans la phase aiguë, les muscle temporaux et massetériens sont hypertrophiés (augmentés en volume) et douloureux. Le chien est réticent pour ouvrir la bouche; il a des difficultés pour manger et peut perdre de la salive. Parfois les mâchoires demeurent ouvertes parce qu'il est impossible à l'animal des fermer la bouche à cause de la douleur. Il y a éventuellement de la fièvre, une angine (inflammation des amygdales) et une adénite (inflammation des glandes lymphatiques; les classiques boules douloureuses au niveau de la peau du cou en cas d'angine p.ex.) locale.

Dans la plupart des cas, le tableau clinique est chronique avec une atrophie (diminution en quantité et en qualité) musculaire. Les fibres musculaires sont transformées en fibrose (sorte de tissu cicatriciel sans activité musculaire) ce qui résulte en une moindre habilité à ouvrir la bouche et en un trismus (=constriction des mâchoires due à la contracture des muscles masticateurs).

Le problème est généralement situé des deux côtés (droit et gauche). Parfois il y a présence d'une exophtalmie (globes oculaires semblent trop gros pour les  cavités oculaires) due à l'hypertrophie des muscles temporaux; ce qui peut donner des troubles de la vision.

Le diagnostic de certitude est posé à l'aide d'une biopsie musculaire et dans le sang d'un chien atteint on trouve des anticorps anti fibres 2M (donc dirigés contre les fibres 2M ce qui conduit à l'inflammation en fin de compte = maladie auto immune).

La seule thérapeutique une immunosuppression par des doses élevées de cortisone avec ensuite un sevrage en decrescendo habituel (sinon gare à l'insuffisance surénalienne), ce qui conduit en règle générale à une amélioration rapide et complète du patient. En cas de récidive, la procédure est à reprendre. Parfois il est nécessaire de donner ce traitement immunosuppresseur plus longtemps. Le traitement est inefficace si l'animal a déjà été la victime de plusieurs épisodes inflammatoires avec une fibrose consécutive. Gérard

 

 

 

Accueil Santé

Reflexions
ADN
Alimentation
Alimentation : préférences
Allergies
Allures
Antiparasitaires
Aoûtats
Ascaridiose
Atonie utérine
AVC
Avortement
Avortement 2
Babines
Bébés  nageurs
Boiteries
Borréliose
Cancer Tumeur
Carcinome Ossau
Carcinome Rumba
Castration
Césarienne
Chaleurs
Chenilles
Cheyletielloses
Chiot anasarque
Chiot anomalies
Chiot comportement
Chiot constantes
Chiot intégration
Chiot poids
Chiots FAQ
Choix d'un vétérinaire
Coccidiose
Coeur
Cœur de Blue
Coeur contrôles 1
Coeur contrôles 2
Comportement parental
Conjonctivite
Consanguinité
consommation
Coronavirus
Coup de chaleur
Croissance osseuse
Cystite
Démodécie
Dentition
Dépilation
Dérives races
Dermatologie
Diabète
Diarrhées
Dilatation torsion
Dilatation torsion 2
Dilatation torsion Blue
Doigt cassé
Durée de vie
Dysplasie
Dysplasie dépistage
Dysplasie stats.
Dysplasie triple ostéotomie
Dysurie
Echanges
Eclampsie
Ehrlichiose
Embolie
Entorse
Epilepsie
Epillet
Ergots
Ethique
Fentes palatines
Fourreau
Gale
Garde
Gastrectomie
Génétique couleurs
Génétique tests
Génétique introduction
Génotype
Gestation conseils
Gestation diagnostic
Gestation oui ou non
Gestation Schounga
Gestation Tistou
Gestation Tsiouydi
Giardiose
Glandes anales
Griffes  phanères 2
Grossesse nerveuse
Haendel croissance-1
Haendel croissance-2
Haendel croissance-3
Haendel difficultés pour se lever
Hématologie
Hématomes
Hépatite
Hépatozoonose
Hérédité
Hernie discale
Hernie ombilicale
Herpès Virose
Homéopathie
Hormones
Hot Spot
Hygiène
Hypertension
Implant
Incontinence
Innovations
Iinsémination
Insuffisance  lutéale
Intoxications
Invagination
Kystes
Kystes ovariens
Lait toxique
Leishmaniose
Leptospirose
Mal des transports
Maladie de Carré
Maladies  émergentes
Maladies génétiques
Male fertilité
Mamelles
Mammite
Mauvaise haleine
Méningite
Mise bas (1)
Mise bas (2)
Mise bas (3)
Mise bas Tistou
Morsure de chien-1
Morsure de chien-2
Mort subite
Mouches
Moustiques
Mue
Mycoplasmes
Myosite
Nécrose
Néosporose
Neurologie
Neuropathie
Nez et cavités nasales
Obéissance
Ocytocine
Oreilles
Oslérose
ostéochondrite
Ostéochondrome
Ostéopathie
Ostéosarcome
Ostéo.Gaurus
Ostéo. Gaurus 2
Othématome
Othématome de Blue
Ovariectomie
Pancréas
Parvovirose
Path. infectieuse
Path. parasitaire
Petits accidents
Phénotype
Phéromones
Piqûres
Piroplasmose
Pneumothorax
Poids  léonbergs
Poids et taille
Poids de Vijay
poils phanères
Pollution
Poumon
Poux
prognathisme
Progression
Progression 2
Prostate
Prothèses
Pseudo-gestation Ualougo
Puces
Pyodermite
Pyomètre
Rage
Rate
Reins
Rémanence ovarienne
Saillies
Santé au Pli
Sélection
Soins
Soins Collection
Soins Protections
Spermogramme
Squelette
Standard Léonberg
Statistitiques santé
Stérilisation
Suivi chaleurs
Suivi  chaleurs cas
Surpoids ou amaigrissement
Symphysiodèse dysplasie
Syndrome wobbler
Teigne
Tendinite
Testicules
Tétanos
Tête
Thyroïde
Tiques
Torsion utérine
Toux
Toux de chenil
Toxocarose
Toxoplasmose
Trachée
Transpiration
Troubles digestifs
Trousse d'urgence
Truffe
Tumeur cutanée
Tumeur mammaire
Tumeur Schounga
Tumeur Tendresse
Tumeur Valki
Urgences
Vaccinations
Vaginites
Vermifuges
Vieillissement
Vieillissement Ni-T-Chang
Vieillissement Nostalgie
Vieillissement Tristan
Vieillissement Blue
Vieillissement Don Gio
virus
yeux
Yeux et annexes

Copyright.© Le Pli du Soleil. Tous droits réservés