Phénotype

 

 

Rétrospective de l'élevage du Pli du Soleil

Accueil ] Remonter ] Capucine ] Diabolo ] Nos portées ] Portée F H ] Portée I ] Portées M N ] Portée R ] Portée S ] Portées T ] Portées U V ] Valki ] A Nuance ] A Ouzame ] B.Pitchoum ] China Quzco ] D Raphan/Ricci ] Good Luck ] Généalogies ] Comportement ]

 

Accueil
Remonter

Sélection phénotypique

 

 

Les éleveurs qui se destinent à une activité exclusive de production  se sentiront  moins concernés, mais il conviendra de ne jamais oublier  le travail réalisé en amont par les sélectionneurs et les passionnés. Travail malheureusement  qui peut dériver

Compte tenu des conséquences génétiques et économiques qu’il suppose, le choix du reproducteur devra être raisonné. Deux domaines sont concernés par l’analyse du potentiel du candidat à la reproduction : la valeur génétique d’un part, la valeur de reproduction d’autre part.

L’intérêt accordé à l’une et l’autre de ces valeurs diffèrera quelque peu selon qu’on se situe dans l’un ou l’autre des cas suivants :

  • le propriétaire d’une ou deux lices, qui recherche un étalon, accordera d’avantage d’importance à la valeur génétique de celui-ci  (sélection génotypique)

  • l’éleveur, qui se trouve confronté à une stratégie d’amélioration génétique et une gestion de la reproduction , accordera autant d’importance à la valeur génétique (sélection génotypique) qu’à la valeur de reproduction des géniteurs potentiels (sélection phénotypique).

Il conviendra de se souvenir de la différence d’approche de ces deux cas-types dans l’analyse zootechnique.

 

 

La sélection phénotypique est encore appelée individuelle ou massale :

  • individuelle, car on ne s’intéresse qu’à l’individu lui-même, et absolument pas à ses ancêtres ou ses descendants ;

  • massale parce que, dans un lot de chiens, on ne retient que les meilleurs.

Concrètement, la sélection phénotypique débute en France par la confirmation et se poursuit par les expositions où, selon ses qualités, le chien acquiert un certain nombre de titres.

 

Objectifs et critères de sélection

 

L’appréciation des critères de sélection repose principalement sur la définition d’un modèle, d’une description détaillée et ordonnée de la race : le standard.

Le standard doit permettre d’identifier une race, et de la distinguer des races voisines, d’en vérifier les aptitudes, d’en saisir le comportement. Il mentionne les qualités et les défauts que l’on peut trouver dans la race.

Habituellement flou et approximatif en élevage de rente, le standard vise en fait à permettre la diagnose, la reconnaissance d’une race : il est donc large pour permettre d’y englober le maximum d’individus. On y conserve les qualités essentielles de production, on « flotte » davantage sur les caractères descriptifs. La sélection se fonde alors principalement sur les performances et les aptitudes. Néanmoins, on tient parfois compte du modèle, dans la mesure où il existe des corrélations entre celui-ci et les aptitudes, ou plus simplement pour éviter de déconcerter l’amateur par une trop grande hétérogénéité.

En élevage canin, et d’une manière plus générale en élevage d’animaux de compagnie, il y a inversion de la hiérarchie des facteurs économiques et descriptifs : ce qui prime, c’est l’aspect de l’animal, parfois sans autre justification, souvent parce que l’on pense qu’il est associé aux qualités d’usage de l’animal. Le standard devient la matrice idéale de la race : il s’agit alors d’une description détaillée, précise et chiffrée, accompagnée parfois de schémas…

Le standard permet donc à chacun de situer précisément son animal par rapport à l’idéal. Cependant, on rencontre souvent des ambiguïtés terminologiques (profondeur de poitrine, épaule droite, jarret ouvert, angulations…) conduisant à des appréciations divergentes. L’interprétation du standard donne souvent lieu à certaines controverses, évitant parfois une cristallisation sur un modèle déterminé.

 

Confirmation et expositions

 

La sélection phénotypique fait appel à différentes manifestations au cours desquelles les chiens sont examinés par des juges et expert-confirmateurs : la qualité phénotypique d’un chien se dévoile lors de l’examen de la confirmation, et s’affine au cours des expositions canines, tant régionales que nationales ou internationales.

 

Confirmation

 

La confirmation est réglementée par le décret n° 74-195 du 26 février, abrogeant le décret 68-709 du 21 septembre 1966 et complétant les décrets n° 47-681 du 27 mars 1947 et n° 58-8 du 02 janvier 1958.

Cet examen est obligatoire pour l’enregistrement définitif d’un chien au LOF et pour l’obtention du pedigree de tout reproducteur, ainsi que pour l’inscription au LOF des portées issues de ce reproducteur.

  • Objectifs de l’examen de confirmation

L’examen de confirmation vise théoriquement à assurer le maintien d’une race, et si possible, son amélioration. Il tend cependant à délimiter le modèle inférieur, en dessous duquel on ne devrait pas descendre, et non le modèle idéal à atteindre, qui relève d’une sélection plus approfondie.

Il convient en effet de faire preuve d’une certaine indulgence et de ne pas écarter systématiquement les animaux présentant un défaut. Certains défauts doivent être considérés comme éliminatoires, et seuls les chiens porteurs de ce type de défaut devraient se voir refuser la confirmation par l’expert-confirmateur. En écartant systématiquement les chiens présentant un quelconque défaut, on risquerait de réduire le cheptel de manière importante, et par la même occasion, son potentiel génétique. D’où une diminution de la variabilité génétique avec, tôt ou tard, une tendance à sélectionner des animaux médiocres : en effet, en l’absence de programme de conservation spécifique, le système du défaut éliminatoire conduit toujours à diminuer la variabilité génétique sans gain compensatoire d’homogénéité.

Ainsi, lors de la confirmation, l’expert-confirmateur devrait écarter les sujets porteurs de nombreux défauts et les sujets sans qualité, et, au contraire, primer les sujets porteurs de nombreuses ou de grandes qualités qu’ils pourront transmettre à leur descendance.

« Le sujet parfait n’existe pas : il faut parfois négliger certains défauts mineurs. »

Ainsi définie, la confirmation doit aussi permettre de conserver une base de sélection suffisamment large. En effet, le maintien d’une variabilité génétique est indispensable au progrès et permet de corriger ultérieurement des erreurs qui auraient pu être faites au cours de la sélection.

  • Confirmation et sélection

Compte tenu des objectifs de la confirmation, cet examen permet déjà d’éliminer les sujets susceptibles de faire baisser le niveau moyen de la race. De plus, l’examen de confirmation permet un classement à deux étages :

  1. la confirmation accordée à tous les sujets répondant au standard de la race, et susceptibles d’entretenir ou d’améliorer les qualités de celle-ci ;

  2. la confirmation « 1er choix », attribuée aux chiens qui ont des qualités qui peuvent permettre d’améliorer la race de manière significative, et qui ont de bonnes chances de se qualifier excellent par la suite. Cette mention peut être attribuée a posteriori et figurera, dans tous les cas, sur le pedigree et sur la généalogie des descendants. Le qualificatif « 1er choix » devrait être considéré comme une approche de sélection, puisque les sujets ainsi qualifiés seraient susceptibles d’être préférentiellement choisis comme reproducteurs dans les mois suivants.

  • Contestation du résultat de l’examen de confirmation

Lorsqu’un propriétaire estime injustifiée la non-confirmation de son chien, il lui est possible de faire appel auprès de la SCC  dans un délai de deux mois à compter du jour de la notification.

De même, si le Club de race estime qu’une confirmation a été accordée de manière injustifiée, il peut faire appel auprès de la SCC .

Dans tous les cas, le chien peut être représenté devant un jury d’appel composé de trois experts. C’est ainsi que près de 50 % des cas présentés en appel suite à un refus sont repris…

  • Avantages et inconvénients de l’examen de confirmation

De nombreuses raisons rendent l’examen de confirmation contestable dans sa formulation actuelle.

Tout d’abord, si l’examen de confirmation a été instauré, au départ, pour retirer de la reproduction les individus jugés inaptes à celle-ci, soit en moyenne 10 à 15% des inscrits à titre provisoire, force est de constater que sur l’ensemble des chiens inscrits au LOF, 30% à 32% seulement sont présentés à la confirmation. L’examen de confirmation élimine donc, indirectement certes, des individus tout à fait aptes et beaucoup plus nombreux.

Il s’agit ensuite d’une évaluation du génotype par le seul phénotype de l’individu : les risques d’erreur sont évidents. Les experts ont pour la plupart des connaissances en génétique et en pathologie insuffisantes pour évaluer l’incidence et la transmissibilité de tel ou tel défaut.

Enfin, le fait de ne pouvoir revenir sur une confirmation constitue un problème important, ceci en rapport avec la seule appréciation phénotypique du chien. En effet, pourra être accepté à la confirmation un animal ne présentant aucun défaut majeur, mais porteur de tares héréditaires qui pourront s’exprimer au niveau de sa descendance. Un tel reproducteur devrait pouvoir être écarté du cheptel de la race, or rien n’est prévu dans ce cas. En revanche, un chien présentant des qualités génétiques exceptionnelles, pourra être définitivement écarté s’il présente un défaut phénotypique mineur.

Ainsi, cet examen, dans sa formulation actuelle, n’est en général que de peu d’intérêt en matière de sélection : il présente plus d’inconvénients que d’avantages. Il n’existe d’ailleurs pas chez la plupart de nos voisins européens. Cela dit, il ne serait pas sage non plus de supprimer tout contrôle et de faire n’importe quoi. Il faut, si on veut faire progresser et évoluer la race, mettre en évidence ses meilleurs sujets tout en conservant une réserve génétique suffisante.

Certains proposent l’adoption d’un système à deux niveaux :

  1. un premier où seraient éliminés les chiens présentant de gros défauts ;

  2. un second où il serait tenu compte des aptitudes de l’animal, de ses qualités de reproducteur et où l’autorisation de reproduction pourrait alors être retirée en cas de performances insuffisantes. On pourrait également compléter le système en hiérarchisant les reproducteurs en fonction de leurs résultats personnels et de ceux de leurs descendants.

D’autres proposent un retour à la situation d’avant 1966 : « remplacer les certificats de naissance par un pedigree et n’autoriser la reproduction que d’une partie du cheptel sur critères de modèle et d’aptitude, avec des exigences variables et modulables dans le temps ».

Cette solution, plus proche de l’actuel examen d’aptitude à la reproduction que l’on retrouve chez nos voisins européens, présente plusieurs avantages :

  1. elle permet d’éliminer certaines ambiguïtés pour des propriétaires de chiens encore inscrits à titre provisoire au LOF, en particulier parce que pour nombre d’entre eux, c’est l’obtention du pedigree qui fait qu’un chien est reconnu de race, et non simplement le fait d’être né de parents inscrits, donc de race ;

  2. ce système met également l’accent sur les qualités de reproducteur des sujets confirmés, mettant ainsi en évidence les premières bases de la sélection…

 

Expositions de conformité au standard.

 

Elles ont longtemps été qualifiées d’expositions de beauté, puis, sur décision de la Commission des expositions et du Comité de la SCC , il a été décidé, en mars 1984, d’adopter le terme d’exposition de conformité au standard, qui se veut plus évocateur du but cynotechnique de ces manifestations.

La notion de conformité au standard se veut plus en accord avec une idée de sélection sérieuse que la notion de beauté qui exprime toujours une certaine part de subjectivité.

A l’issue de l’exposition, la valeur d’un chien par rapport au standard est sanctionnée par l’attribution d’un qualificatif, puis les meilleurs candidats sont comparés et classés en fonction de leur valeur respective.

Dans le cadre de la sélection, il semble important de rappeler le rôle des instances internationales chargée de coordonner les initiatives des différents Clubs de race, en uniformisant les critères d’évaluation et d’interprétation des standards, ainsi que les systèmes de sélection.

Avec un standard unique et l’action de telles instances, un chien devrait être jugé de la même manière dans tous les pays membres. Cependant, de petites divergences dans les objectifs de chaque pays peuvent conduire à des classements quelque peu incohérents, en incompatibilité avec une sélection rigoureuse. Il en va, malheureusement, généralement de même au niveau national.

Gardons également à l’esprit que tous les qualificatifs, titres et récompenses ne sont attribués que sur l’appréciation du simple phénotype ou de l’état général du chien le jour du jugement. Ils sont souvent de nature à satisfaire le simple profane, mais ne peuvent convaincre totalement l’amateur averti.

Les expositions concourent donc principalement à promouvoir le chien de race auprès du grand public (elles offrent la possibilité à chacun de se faire sa propre opinion, sans connaissance cynophilique particulière). Leur rôle en matière de sélection reste tout à fait relatif…

_

 

Dans le cadre de l’élevage, la sélection phénotypique est appliquée pour mettre en évidence les meilleurs chiens sur le plan de la conformité au standard.

La morphologie est un caractère suffisamment héritable pour être adaptée à une sélection sur le phénotype. En effet, il est facile de montrer que pour les caractères à forte héritabilité, ce type de sélection est performant et précis. Il présente par ailleurs deux avantages non négligeables :

  • un coût peu élevé ;

  • une mise en œuvre relativement simple.

C’est également le seul moyen d’estimer la valeur d’un chien lorsque ce dernier n’a pas encore reproduit, et qu’il n’est donc pas encore possible d’estimer avec précision sa valeur génotypique.

Au cours de la sélection phénotypique, basée sur l’examen de confirmation et le résultat des expositions, il est donc parfaitement souhaitable de rejeter tout hyper-type, et au contraire de rechercher l’équilibre à la fois des formes et du caractère.

 

 

Accueil Santé  

Reflexions
ADN
Alimentation
Alimentation : préférences
Allergies
Allures
Antiparasitaires
Aoûtats
Ascaridiose
Atonie utérine
AVC
Avortement
Avortement 2
Bébés  nageurs
Boiteries
Borréliose
Cancer Tumeur
Carcinome Ossau
Carcinome Rumba
Castration
Césarienne
Chaleurs
Chenilles
Cheyletielloses
Chiot anasarque
Chiot anomalies
Chiot comportement
Chiot constantes
Chiot intégration
Chiot poids
Chiots FAQ
Choix d'un vétérinaire
Coccidiose
Coeur
Cœur de Blue
Coeur contrôles 1
Coeur contrôles 2
Comportement parental
Conjonctivite
Consanguinité
consommation
Coronavirus
Coup de chaleur
Croissance osseuse
Cystite
Démodécie
Dentition
Dépigmentation
Dépilation
Dérives races
Dermatologie
Diabète
Diarrhées
Dilatation torsion
Dilatation torsion 2
Dilatation torsion Blue
Doigt cassé
Durée de vie
Dysplasie
Dysplasie dépistage
Dysplasie stats.
Dysplasie triple ostéotomie
Dysurie
Echanges
Eclampsie
Ehrlichiose
Embolie
Entorse
Epilepsie
Epillet
Ergots
Ethique
Fentes palatines
Fourreau
Gale
Garde
Gastrectomie
Génétique couleurs
Génétique tests
Génétique introduction
Génotype
Gestation conseils
Gestation diagnostic
Gestation oui ou non
Gestation Schounga
Gestation Tistou
Gestation Tsiouydi
Giardiose
Glandes anales
Griffes  phanères 2
Grossesse nerveuse
Haendel croissance-1
Haendel croissance-2
Haendel croissance-3
Haendel difficultés pour se lever
Hématologie
Hématomes
Hépatite
Hépatozoonose
Hérédité
Hernie discale
Hernie ombilicale
Herpès Virose
Homéopathie
Hormones
Hot Spot
Hygiène
Hypertension
Implant
Incontinence
Innovations
Iinsémination
Insuffisance  lutéale
Intoxications
Invagination
Kystes
Kystes ovariens
Lait toxique
Leishmaniose
Leptospirose
Mal des transports
Maladie de Carré
Maladies  émergentes
Maladies génétiques
Male fertilité
Mamelles
Mammite
Mauvaise haleine
Méningite
Mise bas (1)
Mise bas (2)
Mise bas (3)
Mise bas Tistou
Morsure de chien-1
Morsure de chien-2
Mort subite
Mouches
Moustiques
Mue
Mycoplasmes
Myosite
Nécrose
Néosporose
Neurologie
Neuropathie
Nez et cavités nasales
Obéissance
Ocytocine
Oreilles
Oslérose
ostéochondrite
Ostéochondrome
Ostéopathie
Ostéosarcome
Ostéo.Gaurus
Ostéo. Gaurus 2
Othématome
Othématome de Blue
Ovariectomie
Pancréas
Parvovirose
Path. infectieuse
Path. parasitaire
Petits accidents
Phénotype
Phéromones
Piqûres
Piroplasmose
Pneumothorax
Poids  léonbergs
Poids et taille
Poids de Vijay
poils phanères
Pollution
Poumon
Poux
prognathisme
Progression
Progression 2
Prostate
Prothèses
Pseudo-gestation Ualougo
Puces
Pyodermite
Pyomètre
Rage
Rate
Reins
Rémanence ovarienne
Saillies
Santé au Pli
Sélection
Soins
Soins Collection
Soins Protections
Spermogramme
Squelette
Standard Léonberg
Statistitiques santé
Stérilisation
Suivi chaleurs
Suivi  chaleurs cas
Surpoids ou amaigrissement
Symphysiodèse dysplasie
Syndrome wobbler
Teigne
Tendinite
Testicules
Tétanos
Tête
Thyroïde
Tiques
Torsion utérine
Toux
Toux de chenil
Toxocarose
Toxoplasmose
Trachée
Transpiration
Troubles digestifs
Trousse d'urgence
Tumeur cutanée
Tumeur mammaire
Tumeur Schounga
Tumeur Tendresse
Tumeur Valki
Urgences
Vaccinations
Vaginites
Vermifuges
Vieillissement
Vieillissement Ni-T-Chang
Vieillissement Nostalgie
Vieillissement Tristan
Vieillissement Blue
Vieillissement Don Gio
virus
yeux
Yeux et annexes

Copyright.© Le Pli du Soleil. Tous droits réservés