Standard Léonberg

 

 

Rétrospective de l'élevage du Pli du Soleil

Accueil ] Remonter ] Capucine ] Diabolo ] Nos portées ] Portée F H ] Portée I ] Portées M N ] Portée R ] Portée S ] Portées T ] Portées U V ] Valki ] A Nuance ] A Ouzame ] B.Pitchoum ] China Quzco ] D Raphan/Ricci ] Good Luck ] Généalogies ] Comportement ]

 

Accueil
Remonter

Standard officiel du chien de Léonberg

 

 

FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE

SECRETARIAT GENERAL: 13, Place Albert 1er B – 6530 Thuin (Belgique)

CHIEN DE LEONBERG

(Leonberger)

FCI-St. N° 145 / 20. 09. 2002

TRADUCTION : Dr. J.-M. Paschoud et Prof. R. Triquet / Version originale (DE).

ORIGINE : Allemagne.

DATE DE PUBLICATION DU STANDARD OFFICIEL EN VIGUEUR : 04.01.1996.

UTILISATION : Chien de garde, d’accompagnement et de famille.

CLASSIFICATION FCI : Groupe 2 Pinscher et Schnauzer- molossoïdes - Chiens de bouvier et de montagne suisses.

Section 2.2 Molossoïdes, type montagne.

Sans épreuve de travail.

BREF APERCU HISTORIQUE :

A la fin des années trente et au début des années quarante du 19ème siècle, Heinrich Essig, conseiller municipal à Léonberg près de Stuttgart croisa une chienne Terre-Neuve noir et blanc avec un mâle du nom de « Barry », chien St-Bernard originaire de l’hospice du même nom. Plus tard un chien de montagne des Pyrénées enrichit ce croisement. Il en résulta de très grands chiens à poil blanc, en majorité à poil long. Le but recherché par Essig était de créer un chien à l’aspect léonin, le lion étant l’emblème héraldique de la ville de Léonberg. Les premiers chiens vraiment dignes de porter le nom de « Chiens de Léonberg » naquirent en 1846. Ils cumulaient les excellentes qualités des races dont ils descendaient. Peu de temps après, vu leur caractère de symbole, un bon nombre de ces chiens furent exportés de Léonberg et disséminés sur toute la terre. A la fin du 19ème siècle, en Bade-Würtemberg, le Chien de Léonberg était de préférence utilisé comme chien de ferme ; ses qualités de chien de garde et de trait étaient très appréciées. Pendant les deux guerres mondiales et vu les pénuries des années d’après-guerre, le nombre des chiens d’élevage diminua de façon dramatique.

Aujourd’hui, le « Chien de Léonberg » est un excellent chien de famille qui répond parfaitement à toutes les exigences imposées par la vie moderne.

ASPECT GENERAL :

Conformément à sa destinée utilitaire d’origine, le Chien de Léonberg est un grand chien puissant et bien musclé, mais qui reste élégant. Il se distingue par l’équilibre de ses proportions et par la maîtrise de son tempérament plein de vivacité. Les mâles sont tout spécialement imposants et forts.

PROPORTIONS IMPORTANTES :

La hauteur au garrot se rapporte à la longueur du tronc comme 9 à 10. La hauteur de la poitrine correspond environ à 50% de la hauteur au garrot.

COMPORTEMENT / CARACTERE :

En tant que chien de famille, dans les conditions actuelles de vie et d’habitat, le Chien de Léonberg est un compagnon agréable qu’on peut emmener partout sans difficultés et qui se distingue par son amour prononcé pour les enfants. Il n’est ni craintif ni agressif. En tant que chien d’accompagnement, il est un compagnon agréable, docile et impavide dans toutes les situations de la vie pratique. L’équilibre caractériel recherché s’exprime par

  • son assurance et son sang-froid sans faille,
  • son tempérament moyen ( aussi en ce qui concerne l’instinct de jeu),
  • sa disposition à l’obéissance,
  • sa capacité d’apprendre et sa mémoire,
  • et par son indifférence au bruit.

TETE :

Dans l’ensemble elle est plus haute que large et plutôt allongée que ramassée. Le rapport entre la longueur du chanfrein et celle du crâne est de 1 :1. La peau est partout bien appliquée ; pas de rides sur le front.

REGION CRANIENNE :

Crâne : Vu de face et de profil le crâne est modérément bombé, puissant pour bien correspondre au tronc et aux membres, mais pas lourd. Sa partie postérieure n’est pas sensiblement plus large qu’au niveau des yeux.

Stop : Nettement visible, mais modérément marqué.

REGION FACIALE :

Truffe : Toujours noire.

Museau : Plutôt long, jamais s’amenuisant en pointe ; chanfrein de largeur uniforme, jamais concave, plutôt légèrement voussé (nez busqué).

Lèvres : Bien appliquées, noires ; commissure non éversée.

Mâchoires/dents : Mâchoires fortes avec un articulé en ciseaux parfait, régulier et complet, c’est à dire que la face postérieure des incisives supérieures est en contact étroit avec la face antérieure des incisives inférieures, les dents étant implantées d’équerre par rapport aux mâchoires ; 42 dents saines conformément à la formule dentaire ( on tolère l’absence des M3). Un articulé en pince est admis ; pas de rétrécissement de la mandibule au niveau des canines.

Joues : Elles ne sont que peu développées.

Yeux : De brun clair à brun aussi foncé que possible, de grandeur moyenne, ovales, ni enfoncés ni saillants, ni trop rapprochés ni trop écartés. Les paupières épousent bien la forme du globe oculaire. Pas de conjonctive visible. Le blanc de l’œil ( partie visible de la sclérotique) n’est pas rougi.

Oreilles : Attachées haut et pas trop loin en arrière, tombantes, de grandeur moyenne, charnues et bien accolées à la joue.

COU : Légèrement galbé, il se fond sans heurt dans le garrot ; il est plutôt un peu long que court ; peau sans laxité exagérée ou fanon.

CORPS :

Garrot : Marqué, surtout chez les mâles.

Dos : Solide, droit, large.

Rein : Large, puissant, bien musclé.

Croupe : Large, relativement longue, doucement arrondie, se fondant progressivement dans l’attache de la queue, en aucun cas sur-bâtie.

Poitrine : large, bien descendue, atteignant au minimum le niveau des coudes, pas trop en forme de tonneau, plutôt ovale.

Ligne du dessous et ventre : Seulement légèrement relevée.

QUEUE : Très richement fournie ; elle tombe droit en station et n’est que très légèrement recourbée quand le chien est en mouvement ; si possible pas portée plus haut que le niveau du dos.

MEMBRES : Très forts, spécialement chez les mâles.

MEMBRES ANTERIEURS :

Vue d’ensemble : Droits, parallèles et pas trop rapprochés.

Epaules/ bras : Longs, obliques, ne formant pas un angle trop obtus, bien musclés.

Coude : Bien au corps.

Métacarpe : Fort, solide, vu de face droit, vu de profil presque vertical.

Pieds antérieurs : Ni tournés en dedans ni en dehors, arrondis, aux doigts bien serrés et cambrés ; coussinets noirs.

MEMBRES POSTERIEURS :

Vue d’ensemble : Vus de derrière pas trop serrés, parallèles. Jarrets et pieds tournés ni en dedans ni en dehors ; il faut procéder à l’ablation des ergots.

Bassin : Oblique.

Cuisse : Assez longue, en position oblique, fortement musclée. La cuisse et la jambe forment un angle bien défini.

Jarret : Solide, angulation marquée entre la jambe et le métatarse.

Pieds postérieurs : Dirigés droits devant, longs sans exagération ; doigts cambrés ; coussinets noirs.

ALLURES : Enjambées étendues, mouvement régulier dans toutes les allures ; les antérieurs se portent bien en avant sous la forte poussée des postérieurs ; au pas et au trot, vus de devant et de derrière, les membres se meuvent en ligne droite.

ROBE

Qualité du poil: D’une texture moyennement douce à rude, d’une bonne longueur, bien couché, sans former de raie ; malgré la présence d’un sous-poil bien développé, les formes du corps restent bien reconnaissables ; le poil est droit, une légère ondulation étant cependant admise ; surtout chez les mâles, le poil forme une belle crinière sur le cou et le poitrail, des franges fournies aux antérieurs et une culotte abondante aux postérieurs.

Couleur du poil : Jaune lion (fauve clair), fauve rouge, fauve foncé ( rouge brun), également sable ( jaune pâle, couleur crème) et toutes les gradations entre ces couleurs, avec masque noir ; la pointe des poils noire est admise, mais le noir ne doit pas prédominer.

L’éclaircissement de la robe à la face inférieure de la queue, à la crinière, aux franges des antérieurs et à la culotte des postérieurs ne doit pas être marquée au point de nuire à l’harmonie de l’ensemble de la couleur de la robe. Une petite tache blanche ou une petite marque blanche en forme de trait étroit sur le poitrail sont tolérées, ainsi que des poils blancs entre les doigts.

TAILLE :

Hauteur au garrot :

pour les mâles, 72-80 cm, taille moyenne recherchée 76 cm.

pour les femelles, 65-75 cm, taille moyenne recherchée 70 cm.

DEFAUTS : Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien être du chien.

DEFAUTS ENTRAINANT L’EXCLUSION:

  • Chien agressif ou peureux.
  • Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d’ordre physique ou comportemental sera disqualifié.
  • Défauts anatomiques importants ( jarrets de vache prononcés, dos fortement voussé ( de carpe), dos fortement ensellé ( concave), pieds antérieurs fortement tournés vers l’extérieur, angulations absolument insuffisantes de l’épaule, du coude, du grasset et du jarret).
  • Truffe marron.
  • Pigmentation nettement insuffisante des lèvres.
  • Absence de dents ( à l’exception des M3), prognathisme supérieur ou inférieur, autres défauts de l’articulé.
  • Couleur des yeux autre que brun dans ses diverses nuances.
  • Entropion, ectropion.
  • Queue manifestement enroulée ou portée trop haut et enroulée.
  • Coussinets marron.
  • Poil frisé ou nettement bouclé.
  • Fausses couleurs : brun avec truffe et coussinets bruns, noir et feu, noir, sable argenté ( sable très pâle d’une nuance gris-argent), couleur cerf.
  • Absence totale de masque noir.
  • Excès de blanc (le blanc des doigts remontant jusqu’au carpe ou au tarse, marque blanche au poitrail dépassant la surface d’une main, panachure blanche à d’autres endroits).

N.B.:

  • Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.
  • Seuls les chiens sains et capables d’accomplir les fonctions pour lesquelles ils ont été sélectionnés, et dont la morphologie est typique de la race, peuvent être utilisés pour la reproduction.

 

Commentaires  à propos du Standard

 

Il n'y a qu'un standard officiel par race.  C'est le pays d'origine de la race qui en est le détenteur et lui seul qui peut le modifier. Toute version interprétée, même présentée par un club officiel de race sur un site n'est pas valable. Sur cette page, je n'ai apporté qu'une présentation de mise en page sans modification du contexte.

 Pour le léonberg, c'est l'Allemagne qui détient le standard. L'original du texte est donc en allemand.

 Pour chaque pays, la FCI confie la traduction à des traducteurs officiels.

Pour la France et pour le léonberg, ce sont le Dr. J.-M. Paschoud et  le Prof. R. Triquet qui ont été chargés  de cette traduction et c'est la seule valable en cas de contestation (par exemple,  une confirmation refusée, un résultat d'exposition, etc.).

 

Chaque mot est pensé, pesé et n'est pas employé par hasard.

  • Le standard représente un idéal mais l'idéal n'est pas de ce monde.
  • Un standard trop strict ne permettrait pas une variable suffisante de reproducteurs, ou même, pas de reproducteurs du tout.
  • Le standard tient compte  de l'évolution naturelle possible et de l'évolution de la mode.

D'où l'utilisation de mots d’expressions ou de descriptions qui laissent un flou artistique : "modérément", "plutôt", "légèrement", "un peu", "si possible", "recherché"....

Cela laisse la  porte ouverte à des sélections diverses, d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre, d’un club à l’autre, d’un juge à l’autre ,  sans que les uns aient plus raison que les autres.

 

Une autre façon de lire un standard

Il est intéressant de constater que les personnes qui décident du standard d'une race sont plus précises pour décrire ce qu'elles n'aiment pas ou ne veulent dans cette race, c'est à dire quelque chose qui est bien présent sur un nombre suffisant de chiens pour décider qu'on en veut plus, ou des points communs avec d'autres races voisines comme le port du fouet, la forme de la tête, la couleur des yeux la forme des paupières, le caractère etc.

Par exemple : " La peau est partout bien appliquée ; pas de rides sur le front" Ce qui peut se traduire par "on trouve pas mal de léonbergs avec un costard trop grand et un front plissé et ce n'est pas ce que l'on recherche"

Et maintenant amusez vous à relire un standard en inversant les préférences et vous aurez un panel de tout ce que l'on peut côtoyer dans le monde du Léo.

 

Points communs à toutes les races

Dans tous les standards , la  présence de monorchidie  ou d'anomalie testiculaire est constatée : "Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum."

Dans tous les standards on peut constater une évolution au niveau du nombre de dents, de leur articulé et de la position des mâchoires.

Selon l'importance  de la présence du "défaut" dans la race, par exemple,  pour la mâchoire :

  • on refuse à la reproduction le chien prognathe
  • ou on le tolère
  • ou, si cela a pris trop d'importance on le recherche.

Cette position de la mâchoire  n'est pas encore trop présente chez le léonberg donc elle est refusée sur les reproducteurs.

Il en sera de même pour

  •   l'articulé en pince qui est "admis" chez le léonberg, ce qui veut dire qu'il y en a un nombre important
  • l'absence des M3 qui est "tolérée" au niveau dentaire, le nombre de chiens atteints est moins important .
  • Pas de rétrécissement de la mandibule au niveau des canines, on doit considérer que le nombre de chiens porteur de ce "défaut" est insuffisant par rapport au nombre de reproducteurs indemnes pour qu'on ne l'accepte pas  officiellement

Les standards font la différence entre

  • un défaut  qui laisse une grande marge d'interprétation à un juge ou même à un éleveur dans sa sélection : "Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien être du chien."
  • un défaut entrainant l'exclusion  : liste très hétérogène chez le léonberg, allant de la santé à un simple choix esthétique pas toujours justifié.

 

Légitimité d'un standard de race en France

-

:" Au dessus de toutes les lois, il y a le droit international avec les traités internationaux puis les conventions européennes. Vient ensuite le droit français avec au sommet, la Constitution française de la 5° République, puis les lois, les règlements et les conventions collectives. Les standards de race n’appartiennent à aucune des catégories citées précédemment et ne sont pas opposables aux juges de la République. Le standard de race n’a donc pas valeur de texte légal. » (citation de Patrick Rassat).

Quelques réflexions

L'animal et l'humain.

Je pars du principe, que l'animal n'a pas le choix. Nous décidons de son mode de vie, du travail qu'il devra fournir et de son rythme de reproduction.  Il n'est pas libre même si nous pensons être de bons maîtres. Il nous appartient et chacun, dans notre société actuelle,  a le libre choix de le considérer, comme un compagnon, un chien de travail, de concours ou un objet.  C'est un fait et la suite de mon texte découle de cela.

Négliger, abandonner, maltraiter un animal pour atteindre son but ou parce qu'il n'est pas à la hauteur de vos ambitions est de moins en moins admis dans notre société.

-

Il vous appartient

  • C'est un compagnon de vie? : dans ce cas, il peut marcher sur 3 pattes, avoir un petit pois dans la tête, un caractère de cochon ou une extrême timidité, posséder un pedigree, des titres à rallonge, être croisé porte et fenêtre, etc... vous arriverez toujours à lui trouver du charme ou des excuses et vous serez heureux de partager sa vie.

 

  • C'est un chien de travail, ou une future bête à concours? : Vous allez dépenser beaucoup d'énergie, de temps et d'argent pour qu'il soit le plus représentatif possible quitte à aider un peu (ou beaucoup) la nature.
    • Si tout va dans le sens de vos investissements vous trouverez qu'il le mérite, que c'est le plus beau et que c'est une belle récompense des efforts que vous avez fournis (peut être à juste raison...peut être pas!)
    • Si l'animal ne réponds pas ou ne réponds plus à vos désirs ou ne vous apporte pas la valorisation que vous en attendiez, selon votre degré d'attachement affectif  et indépendamment du sien :
      • vous ferez avec, il redeviendra un compagnon,
      • si vous êtes un fana d'expos, vous continuerez à le sortir "pour voir des amis" mais sans trop d'illusions sur ses résultats (ou sur les vôtres?)
      •  si vous n'acceptez pas la réalité et vous vous acharnez à le présenter , ne voyant que les défauts des concurrents, pas ceux de votre animal, pas sa baisse de forme ou le fait que son potentiel n'est pas celui que vous espériez, vous aurez tendance à crier à l'injustice lors des jugements, (ce qui est facile à penser car il arrive effectivement que des jugements ne sont pas compréhensibles) ...
      • si vous réalisez qu'il ne vous valorisera plus, du jour au lendemain, il peut "ne plus exister" pour vous. Il sera remisé dans un coin ou bien replacé ou abandonné (quelquefois euthanasié) et vous passerez au suivant dans lequel vous mettrez  de nouveau tous vos espoirs.

---

Le chien de race

-

Vous voulez choisir un reproducteur

  • vous réagissez dans l'affectif, vous êtes capable de  ; prendre
    • un animal attendrissant sans voir des défauts flagrants,
    • une présentation, un toilettage, un animal bien photographié ou bien commercialisé
    • un animal bardé de diplômes sans voir qu'il est peu compatible avec votre femelle ou votre mâle
    • un maître sympa, indépendamment de la compatibilité de son animal avec le vôtre.

     

  • vous êtes un fan de bêtes à concours, il vous faudra le plus titré même si le mérite revient à la présentation, les relations ou au talent du vétérinaire et a peu à voir avec la génétique.

 

  • vous n'y connaissez rien mais vous voulez quand même que votre chienne  ait une portée ou que votre mâle reproduise. Vous pouvez faire confiance à ceux qui ont donné des récompenses basés essentiellement sur le look (les juges) ou à ceux qui vous aideront à placer cette portée (amis, club de race, etc...) mais toujours sans assurance que le croisement proposé soit le plus pertinent.

 

  • Vous êtes un marchand de chien ou de chats, vous produisez du vivant, vous avez des clients il y a de grand chance que vous n'acceptiez pas de conseils sauf s'ils sont rentables financièrement.

 

  • Vous êtes un éleveur compétent, vous savez qu'il n'y a pas d'animaux parfaits, pas de lignées parfaites, vous choisissez en fonction des qualités et des défauts des reproducteurs et de la ligne de conduite générale que vous vous êtes tracé pour votre élevage, et surtout, vous ne pensez pas à court terme si vous êtes du type sélectionneur. Les demandes de reproducteurs sont programmées longtemps à l'avance, vous avez échangé  et complété votre documentation ou des informations avec les maîtres ou les éleveurs, vu le chien ou la chienne (souvent ils sont très différents d'une photo) etc... mais l'animal n'a pas souvent son mot à dire.

 

  •  Vous êtes un amateur, vous laissez votre mâle et votre femelle se débrouiller , vous prenez le chien le plus proche, etc.. ou vous voulez "bien faire"  C'est à ce moment là que le système devrait pouvoir vous aider et vous conseiller dans votre sélection, qu'il y a une FCI, une SCC (pour la France), un club de race, des délégués,  des expositions, un standard de race, etc.

    • Un standard de race est rédigé de façon à pouvoir fluctuer légèrement, permettant une évolution ou un échantillonnage plus large.

      • c'est une erreur de lui mettre des œillères ou de lui coller un carcan rigide.

      • Il doit être expliqué dans sa généralité puis dans sa spécificité mais à aucun moment, il ne faut présenter son décryptage comme étant une obligation à suivre et encore moins le confondre avec sa rédaction d'origine.

      • Il ne faut pas oublier que beaucoup de critères d'un standard sont établis pour que le chien ressemble à un idéal imaginé par l'homme et pour l'homme.

      • D'autres critères sont là pour différencier une race d'une autre race proche.

      • L'ensemble n'a rien à voir avec la santé ou le bien être de l'animal.

    • Un minimum est exigé par la SCC pour que les parents soient LOF et que la portée puisse être déclarée. Au niveau du léonberg, (si cela n'a pas changé) : les chiens peuvent être confirmés à partir de 15 mois puis être mis à la reproduction. La portée sera déclarée à la SCC moyennant finance, c'est le minimum de base pour être en règle avec les instances cynophiles

    • Tous les conseils donnés par les clubs de race pour limiter la production ou en améliorer la qualité, la santé, etc,  ne sont pas une obligation pour "faire" du chien de race.

---

Les expositions.

-

On aime ou on n'aime pas, on est pour ou contre, mais :

  •  pour que les expositions soient autre chose qu'une mise en valeur d'un bout de laisse ou une réunion plus ou moins fermée d'aficionados qui vous sourient par devant et vous casse du sucre sur le dos par derrière

  • pour que l'acquis de récompenses ne soit pas confondu avec une prime aux kilomètres, ou un comportement béni-oui-oui

  • pour que le travail du juge soit mieux compris  ou accepté, pour que les jugements servent à autre chose que d'être un papier que l'on range et/ou une médaille en chocolat que l'on fait miroiter, ou un attrape nigaud pour vendre une portée

    •  Il faudrait, au minimum, que l'ensemble des commentaires de toutes les expositions dans une race donnée soit rédigé et mis à disposition du public, le tout accompagné si possible de la  photo  de l'animal sur le ring.  Autrefois Michel avait pu démontrer que c'était faisable quand il était secrétaire du club du léonberg. Il avait rédigé systématiquement  tous les commentaires sur ordinateur et  photographié un maximum de chiens. Même si sa démonstration n'a pas été exploitée par le club (coût de l'édition papier et de la photo argentique ? autre raison?...), actuellement avec les médias qui sont à notre disposition, les sites, les blogs, Facebook, la photo numérique,  cela serait facile à faire. Les délégués régionaux et/ou quelques bénévoles se répartiraient le travail, région par région, cela ferait une banque de données très valable  à condition qu'elle soit officielle, systématique et mise à la disposition de tous,  (adhérent ou non au club de race concerné)

    • Il me semble qu'un club, quel qu'il soit, à plus de chance d'être pris  au sérieux et susciter des adhésions s'il partage ses informations pour le bien de la race.

-

Ensuite, il y a la génétique, l'épigénétisme, le hasard, la chance, l'envie de laisser son chien vivre  heureux, d'accepter une partie de ses choix ou  de ses refus mais là nous ne somme plus dans l'élevage....

 

Les dérives de la sélection Phénotypique

-

FAQ

Question : je viens de présenter mon mâle Léonberg de 15 mois en exposition et le juge a trouvé que c'était dommage qu'il ait les oreilles "lourdes" Qu'est ce que cela veut dire?

Réponse : Ce n'est pas un problème de santé, seulement un problème d'esthétique tout relatif d'ailleurs.

D'après le Dictionnaire des termes canins (Triquet) l'adjectif "lourd" doit être employé à propos d'une région comme la tête (etc.) lorsque elle est "épaisse et manquant de distinction, donnant une impression de pesanteur". Autre définition ""épais, de forte densité, donnant une impression de volume et de poids"

Peut être que le juge a employé ce terme car votre jeune Léo a encore beaucoup de poils de bébé sur les oreilles. Si c'est le cas, je trouve que ce terme ne correspond pas pour nos ados qui ont des touffes volumineuses mais légères et très photogéniques à contre jour lorsqu'il y a du vent! Toujours dans le cas où cette expression est liée à une quantité de poils, : pourquoi refuser visuellement cette étape dans la croissance d'un chien au point de faire croire au nouveau possesseur d'un ado qu'il a un Léonberg qui ne sera jamais beau ou qui ne correspond pas au standard ou, plus grave (souvent pour d'autres qualificatifs), qu'il a un chien en mauvais état de santé. Bernadette

 

Pour mettre un commentaire, vous avez une version blog

http://leplidusoleil.fr/standard-officiel-du-chien-de-leonberg/

http://leplidusoleil.fr/commentaires-sur-les-standards/

 

Retour sur la page santé

 

Reflexions
ADN
Alimentation
Alimentation : préférences
Allergies
Allures
Antiparasitaires
Aoûtats
Ascaridiose
Atonie utérine
AVC
Avortement
Avortement 2
Bébés  nageurs
Boiteries
Borréliose
Cancer Tumeur
Carcinome Ossau
Carcinome Rumba
Castration
Césarienne
Chaleurs
Chenilles
Cheyletielloses
Chiot anasarque
Chiot anomalies
Chiot comportement
Chiot constantes
Chiot intégration
Chiot poids
Chiots FAQ
Choix d'un vétérinaire
Coccidiose
Coeur
Cœur de Blue
Coeur contrôles 1
Coeur contrôles 2
Comportement parental
Conjonctivite
Consanguinité
consommation
Coronavirus
Coup de chaleur
Croissance osseuse
Cystite
Démodécie
Dentition
Dépigmentation
Dépilation
Dérives races
Dermatologie
Diabète
Diarrhées
Dilatation torsion
Dilatation torsion 2
Dilatation torsion Blue
Doigt cassé
Durée de vie
Dysplasie
Dysplasie dépistage
Dysplasie stats.
Dysplasie triple ostéotomie
Dysurie
Echanges
Eclampsie
Ehrlichiose
Embolie
Entorse
Epilepsie
Epillet
Ergots
Ethique
Fentes palatines
Fourreau
Gale
Garde
Gastrectomie
Génétique couleurs
Génétique tests
Génétique introduction
Génotype
Gestation conseils
Gestation diagnostic
Gestation oui ou non
Gestation Schounga
Gestation Tistou
Gestation Tsiouydi
Giardiose
Glandes anales
Griffes  phanères 2
Grossesse nerveuse
Haendel croissance-1
Haendel croissance-2
Haendel croissance-3
Haendel difficultés pour se lever
Hématologie
Hématomes
Hépatite
Hépatozoonose
Hérédité
Hernie discale
Hernie ombilicale
Herpès Virose
Homéopathie
Hormones
Hot Spot
Hygiène
Hypertension
Implant
Incontinence
Innovations
Iinsémination
Insuffisance  lutéale
Intoxications
Invagination
Kystes
Kystes ovariens
Lait toxique
Leishmaniose
Leptospirose
Mal des transports
Maladie de Carré
Maladies  émergentes
Maladies génétiques
Male fertilité
Mamelles
Mammite
Mauvaise haleine
Méningite
Mise bas (1)
Mise bas (2)
Mise bas (3)
Mise bas Tistou
Morsure de chien-1
Morsure de chien-2
Mort subite
Mouches
Moustiques
Mue
Mycoplasmes
Myosite
Nécrose
Néosporose
Neurologie
Neuropathie
Nez et cavités nasales
Obéissance
Ocytocine
Oreilles
Oslérose
ostéochondrite
Ostéochondrome
Ostéopathie
Ostéosarcome
Ostéo.Gaurus
Ostéo. Gaurus 2
Othématome
Othématome de Blue
Ovariectomie
Pancréas
Parvovirose
Path. infectieuse
Path. parasitaire
Petits accidents
Phénotype
Phéromones
Piqûres
Piroplasmose
Pneumothorax
Poids  léonbergs
Poids et taille
Poids de Vijay
poils phanères
Pollution
Poumon
Poux
prognathisme
Progression
Progression 2
Prostate
Prothèses
Pseudo-gestation Ualougo
Puces
Pyodermite
Pyomètre
Rage
Rate
Reins
Rémanence ovarienne
Saillies
Santé au Pli
Sélection
Soins
Soins Collection
Soins Protections
Spermogramme
Squelette
Standard Léonberg
Statistitiques santé
Stérilisation
Suivi chaleurs
Suivi  chaleurs cas
Surpoids ou amaigrissement
Symphysiodèse dysplasie
Syndrome wobbler
Teigne
Tendinite
Testicules
Tétanos
Tête
Thyroïde
Tiques
Torsion utérine
Toux
Toux de chenil
Toxocarose
Toxoplasmose
Trachée
Transpiration
Troubles digestifs
Trousse d'urgence
Tumeur cutanée
Tumeur mammaire
Tumeur Schounga
Tumeur Tendresse
Tumeur Valki
Urgences
Vaccinations
Vaginites
Vermifuges
Vieillissement
Vieillissement Ni-T-Chang
Vieillissement Nostalgie
Vieillissement Tristan
Vieillissement Blue
Vieillissement Don Gio
virus
yeux
Yeux et annexes

Copyright.© Le Pli du Soleil. Tous droits réservés