Mâles :  problèmes de testicules

 

 

Rétrospective de l'élevage du Pli du Soleil

Accueil ] Remonter ] Capucine ] Diabolo ] Nos portées ] Portée F H ] Portée I ] Portées M N ] Portée R ] Portée S ] Portées T ] Portées U V ] Valki ] A Nuance ] A Ouzame ] B.Pitchoum ] China Quzco ] D Raphan/Ricci ] Good Luck ] Généalogies ] Comportement ]

 

Accueil
Remonter

Les problèmes de testicules

 

  • A la naissance les 2 testicules sont en place.

  • Ils bougent jusqu’à la fermeture du canal inguinal, entre 6 et 14 semaines.

  • Selon la place des testicules, ils se retrouvent d’un côté ou de l’autre.

  •  Quelquefois, pour des raisons x… le canal met beaucoup plus de temps pour se refermer, ce qui explique certains changements tardifs.

  • Lorsqu’un chien n’a qu’un testicule ou bien aucun, il y a plusieurs causes.

    • La première est d’ordre génétique

    • La deuxièmes est d’ordre factorielle.

    • On sait que certaines molécules induisent de la cryptorchidie. Par exemple, dans les traitements que la femelle aura reçus pendant sa gestation.

    • Les autres causes sont encore à déterminer mais il n’y a pas assez d’observations scientifiques sur le sujet et les propriétaires de la mère qui seraient les mieux placés pour donner une information fiable, ne savent pas ou ne veulent pas fournir cette documentation.  

 

Cryptorchidies et pollution chez l'humain

Cela peut concerner aussi nos chiens !

 

  Les résultats de deux études menées en Scandinavie montrent que la pollution altère les capacités reproductives masculines. Avec à la clef, des modifications chromosomiques du sperme et des malformations de plus en plus fréquentes. La pollution peut aussi affecter le développement de l'appareil reproducteur du fœtus mâle (cryptorchidies)

Selon Aleksander Giwercman, de l'Université de Malmö dans le sud de la Suède, …"les polluants organochlorés modifient le profil chromosomique des spermatozoïdes". Les pêcheurs les plus exposés ont vu leur concentration en chromosome Y augmentée de 60% par rapport à leurs collègues moins exposés.

La pollution peut également affecter le développement de l'appareil reproducteur du fœtus mâle. En Lituanie par exemple, la forte prévalence des cryptorchidies -défaut de descente de testicules pourrait être liée à la pollution en général. Plus grave encore, selon les auteurs "les nouveau-nés atteints par cette affection présenteraient un risque élevé de développer plus tard un cancer des testicules". »

D'après : Human reproduction, 27 avril 2005

 

 

Traitement d’une ectopie testiculaire chez l'humain

 

Il repose sur des injections de gonadotrophines chorioniques. Les indications sont restreintes, les résultats médiocres. Ces injections ne sont pas exemptes de danger (à fortes doses). Elles ont acquis leur renommée sur les testicules rétractiles où elles sont inutiles. Leur action sur les testicules incomplètement descendus, en allongeant un pédicule vasculaire trop court est douteuse. Elles sont sûrement inefficaces sur les erreurs de migration. Un test thérapeutique aux gonadotrophines peut néanmoins être réalisé dans les formes peu importantes où le diagnostic est parfois hésitant avec une simple rétractilité. Il ne faut pas, en tout cas, dépasser la dose de 15 000 unités pour la totalité du traitement. Le schéma classique fait appel à 9 injections IM de 500 à 1500 UI chacune, à raison de 3 par semaine. 2 - Le traitement chirurgical Il est réalisable en hospitalisation ambulatoire. L'âge idéal est 18 mois.

L'intervention comporte l'ouverture du canal inguinal et la libération du cordon de toutes ses adhérences (en particulier sac herniaire). Le pédicule vasculaire permet le plus souvent l'abaissement et la fixation du testicule en bonne place. amicalement, J N R.

 

Quelle attitude adopter devant une cryptorchidie uni ou bilatérale chez le chien

Buff S., 2001:  Le Point Vétérinaire, 220 10-11
(Avec l'autorisation de l'auteur)

 

L’efficacité des traitements médicaux visant à faire descendre les testicules n’a jamais été évaluée scientifiquement.

Au moment de la naissance, les testicules du chiot sont en position intra-abdominale, à mi-chemin entre le pôle caudal du rein et le canal inguinal. Ils descendent en général dans le scrotum après sept à dix jours et peuvent être palpés, que ce soit dans le scrotum ou dans le canal inguinal, dès l'âge de deux semaines. La position exacte du testicule est toutefois difficile à confirmer avant l'âge de quatre semaines : le tissu testiculaire est en effet encore particulièrement petit, sa consistance est molle et il est difficile à distinguer de la graisse qui remplit le scrotum.

Bien que la position définitive du testicule soit le plus souvent acquise vers l'âge de sept semaines, trois études bibliographiques {Cox VS., et al., “An anatomic and genetic study of canine cryptorchidism”, Teratology 18 :233, 1978 ; Dunn ML., et al., “Cryptorchism in dogs: aclinical survey”, J Am Anim Hosp Assoc 4 :180, 1968 ;} Priester WA., et al., “Congenital defects in domesticated animals: general considerations”, Am J Vet Med Assoc 158 : 1864, 1971} rapportent qu'une migration testiculaire tardive peut être observée jusqu'à l'âge de six mois. Chez certains individus, il est donc nécessaire d'attendre la puberté avant d'établir définitivement un diagnostic de cryptorchidie unilatérale ou bilatérale (à noter que le terme de monorchidie ne concerne que les chiens qui ne possèdent qu'un seul testicule, ce qui est particulièrement rare).

 

1.      Les races de taille miniature seraient prédisposées à la cryptorchidie

 

Différentes études {Dunn ML., et al., “Cryptorchism in dogs: a clinical survey”, J Am Anim Hosp Assoc 4 :180, 1968 ; Reif JS., et al., “The relationship between cryptorchidism and canine neoplasia”, J Am Vet Med Assoc 155 : 2005, 1969 ; Hayes HM., et al., “Caninecryptorchidism and subsequent testicular neoplasia: case-control study with epidemiologic update”, Teratology 32 51, 1985 ; Ruble R.P., et al., “Congenital abnormalities in immature dogs from a pet store: 253 cases (1987-1988),” J Am Vet Med Assoc, 202 (4) : 633, 1993 ; Priester WA., et al., “Congenital defects in domesticated animals: general considerations”, Am J Vet Med Assoc 158 : 1864, 1971 ; Pendergrass TW., “Cryptorchidism and related defects in dogs: epidemiologic comparisons with man”, Teratology 12 51, 1975} montrent que 2 à 15 % des chiens seraient cryptorchidies, mais l'incidence exacte demeure difficile a établir, en particulier lorsque les différentes pratiques couramment rencontrées en élevage canin sont prises en compte. Certaines races semblent néanmoins prédisposées : celles de taille miniature sont les plus représentées, exception faite du boxer. Bien que la cause exacte de la cryptorchidie ne soit pas connue, il est indéniable que des facteurs héréditaires soient impliqués.

 

2.      Des risques d’évolution néoplasique du tissu testiculaire

 

Chez le chien, les principaux risques en cas de cryptorchidie sont la torsion du cordon spermatique et l'évolution néoplasique du tissu testiculaire (souvent associée à des symptômes cliniques parfois graves).

Lorsque l'évolution néoplasique des cellules interstitielles se produit chez un chien âgé, le testicule s'indure et devient hormonalement inactif : l'évolution reste alors relativement bénigne.

A l'inverse, chez les chiens d'âge moyen ou mûr (à partir de 5 ans), des séminomes peuvent se développer et s’accompagnent d’une dégénérescence du testicule et de la survenue possible de métastases.

Les tumeurs des cellules de Sertoli peuvent également survenir chez des chiens d'âge moyen (dès l’âge de 3 ans) et entraîner une hypertrophie testiculaire et une sécrétion marquée d'œstrogènes. Ces chiens présentent alors la caractéristique d'attirer les autres mâles, les chaînes mammaires se développent, l'abdomen s’élargit et le pénis s'atrophie. Ce type de tumeurs s’accompagne souvent de l’apparition de métastases ou de complications.

 

3.     Retrait des deux testicules lors de tumeur

 

La rétention abdominale d'un testicule après douze mois (c'est à dire après la puberté) devrait donc être traitée chirurgicalement, au plus tard avant l'âge de quatre ans, afin d’éviter les complications néoplasiques {Reif JS., et al., “The relationship between cryptorchidism and canine neoplasia”, J Am Vet Med Assoc 155 : 2005, 1969 ; Romagnoli S.E., “Canine cryptorchidism,” Vet Clin North Am Small Anim Pract, 21 (3) : 533, 1991}.

Lors de cryptorchidie unilatérale, le testicule normalement descendu peut être laissé en place à condition que le testicule abdominal soit retiré à temps ; lors de tumeur testiculaire, il convient en revanche de retirer les deux testicules.

 

4.     Le traitement médical est illusoire après l’âge de neuf semaines

 

Plusieurs auteurs ont également proposé une correction chirurgicale de la position du testicule ectopique. La technique consiste à replacer le testicule intra-abdominal en position scrotale et à s'assurer de la pérennité de l'intervention en refermant le canal inguinal à l'aide de quelques points. Les risques de nécrose ou d'infarcissement du testicule ne sont malheureusement pas négligeables.

 

D'autres ont suggéré de faire descendre le testicule en administrant des esters de la testostérone ou de la gonadotrophine chorionique humaine (hCG), mais les chances de réussite de tels traitements s'avèrent limitées. L'hCG appartient en outre à la famille des glycoprotéines et ses effets sont susceptibles, à ce titre, de considérablement diminuer à plus ou moins court terme ; elle serait en outre capable d'initier des réactions immunogènes. L'administration d'analogues de la GnRH (Gonadotrophin Releasing Hormone) est donc préférable, à raison de 0,5 à 1 microg/kg par voies sous-cutanée ou intramusculaire,une fois tous les trois ou quatre jours, pendant au plus quatre ou cinq semaines.

L'efficacité réelle de ces traitement n'a jamais été évaluée scientifiquement. Il semble toutefois que la descente des testicules est d'autant plus facilement observée que le traitement est initié rapidement, dès l'âge de cinq à sept semaines, dès que la palpation des testicules en position scrotale s'avère anormale. Rien ne permet cependant de supposer que la migration testiculaire n'aurait pas eu lieu normalement, c'est à dire en l'absence de tout traitement …

La mise en place d'un traitement médical au-delà de l'âge de neuf semaines demeure illusoire : notre expérience confirme les nombreuses observations rapportées par la bibliographie {Feldman EC., et al., “Disorders of the testis and épididymes”, in Feldman EC (eds) : Canine and Feline Endocrinology and Reproduction, Philadelphia, WB Saunders : 697, 1996 ; Romagnoli S.E., “Canine cryptorchidism,” Vet Clin North Am Small Anim Pract, 21 (3) : 533, 1991 ; Arbeiter K., “[Maldescensus testis in the dog],” Tierarztl Prax, 3 (1), 129, 1975}.

Les chiens qui présentent une cryptorchidie unilatérale sont le plus souvent parfaitement fertiles (le testicule descendu fonctionne généralement correctement) et leurs caractères sexuels secondaires sont normaux (en dehors de toute complication pathologique). Les individus atteints de cryptorchidie ne devraient toutefois pas être utilisés pour la reproduction. En raison de son caractère héréditaire, le traitement de la cryptorchidie soulève en outre la délicate question de son intérêt, qu’il soit médical ou chirurgical. Le praticien qui répond à la demande de son client ne doit jamais oublier qu'au-delà de la seule notion esthétique souvent évoquée par le propriétaire, l'animal ainsi traité est le plus souvent ultérieurement présenté en exposition et éventuellement proposé en tant que reproducteur…

 

 

FAQ

 

Question : Dans la portée de ma chienne sur les 6 mâles,   1 a ses 2 testicules et a fait une inflammation à ce niveau, 4 sont monorchiques  Comme ma chienne avait eu un avortement provoqué 6 mois plus tôt avec de l'Alizine, il a-t-il un lien?

Réponse : L’Alizine est entièrement métabolisée en moins de 5 jours. Il n’y a donc pas de raison de rechercher un lien de cause à effet… De plus, les études réalisées jusqu’à aujourd’hui n’ont démontré aucune conséquence sur la fonction de reproduction chez les chiennes traitées. Certes, je n’ai pas souvenir qu’il y ait eu une recherche spécifique sur l’incidence éventuelle de la cryptorchidie, mais j’aurais tendance à rester tranquille sur ce point lorsque l’on considère les études réalisées avec des molécules de la même famille chez l’homme (ou plutôt la femme). Samuel


Question  : Mon chiot a plusieurs mois et il a les testicules qui font le yoyo! avez vous un conseil!

Réponse : Personnellement, je laisse la nature agir.

  • Si les 2 testicules descendent naturellement,  le futur adulte sera un peut être reproducteur, sinon il restera un bon animal de compagnie.
  • Si  1 ou 2 testicules descendent avec des manipulations, des traitements ou une intervention chirurgicales et que vous utilisiez votre mâle pour la  reproduction, il pourra transmettre son problème, ce qui , sur le plan de l'éthique n'est pas recommandable! Bernadette

Question : Existe-t-il un traitement homéopathique ou autre méthode douce pour un chiot qui a les testicules qui flottent?

Des internautes proposent  :

  • de l'aurum metallicum 9 ch en granule 3granule 2 ou 3 fois par jour. : ça aide à descendre et rester en place. De temps en temps, de l' aurum metaillcum en dosette : 1 par ex aujourd'hui et une autre dans 8 jours et de l'orchitine. Surtout bien masser tous les jours.
  • l'intervention d'un ostéopathe qui aidera à une remise en place

N'oubliez pas que "L’efficacité des traitements médicaux visant à faire descendre les testicules n’a jamais été évaluée scientifiquement", que le pourcentage d'échecs est peut être le même, avec ou sans traitement et que les testicules se seraient peut être mis en place naturellement! Bernadette


Question : je fais opérer mon jeune Léonberg de 3 mois la semaine prochaine ,  ses deux testicules sont près de la vessie et pas descendus, alors le docteur vétérinaire va tenter l'opération pour empêcher que le canal .ne se referme empêchant une éventuelle descente dans les bourses

Réponse : Je suis en effet surpris par la technique que vous décrivez et l’objectif annoncé. Si le testicule se trouve encore en position intra-abdominale à l’âge de 3 mois, alors qu’il devrait être en regard de l’anneau inguinal depuis la première semaine de vie, il n’y a aucun espoir raisonnable que la migration se poursuive aujourd’hui. Certes, il existe dans la littérature des descriptions de migration testiculaire  particulièrement tardive, mais il est aujourd’hui couramment admis qu’au terme de la 5e semaine, les chances de récupération d’une position anatomique sont particulièrement réduites. Deux approches ont donc été proposées pour traiter ces cas de cryptorchidie. L’une consiste à réaliser une stimulation hormonale reposant sur l’utilisation d’hCG ou de GnRH (l’avantage de la seconde solution est l’absence d’effet immunogène, et donc de risque d’interférence avec un éventuel traitement réalisé à l’âge adulte) ; l’autre consiste à intervenir chirurgicalement en repositionnant le testicule d’abord au niveau de l’anneau inguinal, puis au-delà, dans le scrotum (on parle alors d’orchydopexie). L’intervention est également réalisée chez l’homme, … mais elle pose chez le chien le problème du nécessaire étranglement du canal inguinal pour empêcher le testicule de retourner dans la cavité abdominale. Ajoutées à cela les tractions exercées sur le ligament testiculaire, les strictions et les compressions subies par le pédicule vasculaire (l’ensemble des veines et artères alimentant le testicule au travers du canal inguinal) font que le risque d’infarcissement, puis de nécrose, est important. C’est pour cela que l’intervention doit être réalisée au moins en deux temps, si l’on ne veut pas qu’elle se solde par une castration en urgence !..

Etant donnés ces éléments, je considère personnellement qu’il n’est pas raisonnablement éthique de pratiquer une telle intervention pour l’animal. Si l’on prend en effet en considération le risque de complications et les douleurs qu’elles peuvent entraîner, et que l’on met en balance les avantages pour l’animal, je préfère encore ne rien faire plutôt que d’intervenir. D’autre part, l’on commence à mieux connaître le déterminisme génétique de ce problème, et si l’on peut effectivement arguer que certaines perturbations hormonales chez la mère pendant la gestation peuvent entraîner un cryptorchidisme, l’implication de gènes tels que INSL3 est désormais clairement actée. Le risque de voir persister l’affection au travers des générations n’est donc pas négligeable et la stérilisation de l’animal devrait être discutée.

D’un autre côté, il vaut mieux faire quelque chose plutôt que d’attendre que le testicule ne tumorise avec l’augmentation de la température à laquelle il est contraint de faire face… Lorsque les manifestations cliniques sont observées, cela fait d’ailleurs plusieurs mois que la tumeur se développe et qu’elle a pu métastaser. Toutes ces raisons font que je préfère que soit envisagée rapidement la stérilisation de l’animal, en particulier tant qu’il est encore facile d’identifier le testicule dans la cavité abdominale ou dans le canal inguinal (ce qui évite de procéder à une chirurgie abdominale plus lourde). Samuel


 

Question : J'ai rencontré une personne possédant un sloughi vice-champion du monde.  Comme le 2ème testicule de mon Léonberg n’est toujours pas descendu, il m'a dit que je ne pourrai pas l'exposer ou le faire reproduire alors qu'il a un potentiel. Je me demande s’il y a un traitement à donner. Il a 3 mois

Réponse : Il y a des descentes tardives (6 mois pour un Léonberg)  mais la plupart du temps, à partir de 3/4 mois, le chien a de fortes chances de rester monorchique à vie.

Personnellement,  je connais ma race préférée, le Léonberg, et plus particulièrement ma production.  Je ne m'aventurerai pas à affirmer qu'un chiot de 3 mois, dans une autre race, présente un potentiel!

Si vous avez acheté un chien pour la reproduction (ou pour les expositions), cela veut dire que vous avez une certaine compétence et que vous savez déjà tous les impondérables qui peuvent faire barrage à cet état :

  • vous savez que prendre un chiot est une loterie. Vous payerez le prix d'un chiot dont les parents sont de race, il sera ce qu'il pourra être et vous ne l'en aimerez pas moins.
  • vous informez votre éleveur de vos ambitions et vous écrivez d'un commun accord un contrat dans lequel sera inscrit les dédommagements possibles en cas de non conformité à vos désirs ou vous choisissez  un chien plus âgé sur lequel il sera possible de vérifier ,au moins, l'état des testicules, le type de croissance, la dentition, le caractère...    Bien sûr le prix ne sera pas le même!

Donner un traitement  est souvent illusoire. Faire descendre les testicules ou tout autre modifications grâce à une intervention chirurgicale est assimilable à de la fraude. Souvent, la personne essaie de rentrer dans ses frais et le chien sera mis à la reproduction, transmettant à sa descendance son handicap qui perdurera.

Si vous avez acheté votre chiot chiot pour vous tenir compagnie, cela ne l'empêchera pas d'être un compagnon agréable et fidèle.


Question  : Mon Léonberg n'a qu'un testicule. Quand il est parti de son élevage il avait les 2 et je n'ai pas vu que l'un est remonté. Mon vétérinaire me dit que ce n'est pas possible.

Réponse : C'est possible, j’ai déjà entendu cela plusieurs fois et par des personnes honnêtes. Mon vétérinaire,  lorsqu’il rempli les carnets de santé de mes chiots avant le départ, indique  « 2 testicules présents à ce jour » car il pense que cela peut changer jusque vers 6 mois, (remonter, faire le yoyo, descendre …)


Question :  lorsqu'on vend un chiot mâle on a intérêt de faire marquer par le véto noir sur blanc qu'il a tout ce qu'il faut où il faut ; chose qu'on ne fait pas forcément !

Réponse : C’est indispensable. Nous sommes de plus en plus dans une société procédurière. Pour nos Léos, on ne peut pas garantir à l’avance  leurs qualités de chiens d’expositions  et encore moins de reproducteurs.


Question : Mon chien n'a qu'un testicule, mon vétérinaire me conseille de le faire opérer pour éviter une tumeur. Est il en danger? en quoi consiste cette tumeur?

Réponse : Statistiquement, un chien monorchique présente un peu plus de risques de développer une tumeur qu'un chien qui a ses 2 testicules descendus. Par précaution, certains vétérinaires conseillent de le faire enlever.

Les tumeurs des testicules sont souvent bénignes. On constate

  • une augmentation de la taille du testicule tumoral (constatation difficile à faire lorsqu'il est dans l'abdomen)
  • un désordre hormonal avec une chute des poils
  • un problème de prostate

Dans 10% des cas, les tumeurs sont cancéreuses.

Actuellement certains vétérinaires proposent de castrer le chien et de lui enlever, à titre préventif, les 2 testicules dès que sa croissance est terminée

 

Système reproducteur, reproduction et chiots

Reflexions
ADN
Alimentation
Alimentation : préférences
Allergies
Allures
Antiparasitaires
Aoûtats
Ascaridiose
Atonie utérine
AVC
Avortement
Avortement 2
Babines
Bébés  nageurs
Boiteries
Borréliose
Cancer Tumeur
Carcinome Ossau
Carcinome Rumba
Castration
Césarienne
Chaleurs
Chenilles
Cheyletielloses
Chiot anasarque
Chiot anomalies
Chiot comportement
Chiot constantes
Chiot intégration
Chiot poids
Chiots FAQ
Choix d'un vétérinaire
Coccidiose
Coeur
Cœur de Blue
Coeur contrôles 1
Coeur contrôles 2
Comportement parental
Conjonctivite
Consanguinité
consommation
Coronavirus
Coup de chaleur
Croissance osseuse
Cystite
Démodécie
Dentition
Dépilation
Dérives races
Dermatologie
Diabète
Diarrhées
Dilatation torsion
Dilatation torsion 2
Dilatation torsion Blue
Doigt cassé
Durée de vie
Dysplasie
Dysplasie dépistage
Dysplasie stats.
Dysplasie triple ostéotomie
Dysurie
Echanges
Eclampsie
Ehrlichiose
Embolie
Entorse
Epilepsie
Epillet
Ergots
Ethique
Fentes palatines
Fourreau
Gale
Garde
Gastrectomie
Génétique couleurs
Génétique tests
Génétique introduction
Génotype
Gestation conseils
Gestation diagnostic
Gestation oui ou non
Gestation Schounga
Gestation Tistou
Gestation Tsiouydi
Giardiose
Glandes anales
Griffes  phanères 2
Grossesse nerveuse
Haendel croissance-1
Haendel croissance-2
Haendel croissance-3
Haendel difficultés pour se lever
Hématologie
Hématomes
Hépatite
Hépatozoonose
Hérédité
Hernie discale
Hernie ombilicale
Herpès Virose
Homéopathie
Hormones
Hot Spot
Hygiène
Hypertension
Implant
Incontinence
Innovations
Iinsémination
Insuffisance  lutéale
Intoxications
Invagination
Kystes
Kystes ovariens
Lait toxique
Leishmaniose
Leptospirose
Mal des transports
Maladie de Carré
Maladies  émergentes
Maladies génétiques
Male fertilité
Mamelles
Mammite
Mauvaise haleine
Méningite
Mise bas (1)
Mise bas (2)
Mise bas (3)
Mise bas Tistou
Morsure de chien-1
Morsure de chien-2
Mort subite
Mouches
Moustiques
Mue
Mycoplasmes
Myosite
Nécrose
Néosporose
Neurologie
Neuropathie
Nez et cavités nasales
Obéissance
Ocytocine
Oreilles
Oslérose
ostéochondrite
Ostéochondrome
Ostéopathie
Ostéosarcome
Ostéo.Gaurus
Ostéo. Gaurus 2
Othématome
Othématome de Blue
Ovariectomie
Pancréas
Parvovirose
Path. infectieuse
Path. parasitaire
Petits accidents
Phénotype
Phéromones
Piqûres
Piroplasmose
Pneumothorax
Poids  léonbergs
Poids et taille
Poids de Vijay
poils phanères
Pollution
Poumon
Poux
prognathisme
Progression
Progression 2
Prostate
Prothèses
Pseudo-gestation Ualougo
Puces
Pyodermite
Pyomètre
Rage
Rate
Reins
Rémanence ovarienne
Saillies
Santé au Pli
Sélection
Soins
Soins Collection
Soins Protections
Spermogramme
Squelette
Standard Léonberg
Statistitiques santé
Stérilisation
Suivi chaleurs
Suivi  chaleurs cas
Surpoids ou amaigrissement
Symphysiodèse dysplasie
Syndrome wobbler
Teigne
Tendinite
Testicules
Tétanos
Tête
Thyroïde
Tiques
Torsion utérine
Toux
Toux de chenil
Toxocarose
Toxoplasmose
Trachée
Transpiration
Troubles digestifs
Trousse d'urgence
Truffe
Tumeur cutanée
Tumeur mammaire
Tumeur Schounga
Tumeur Tendresse
Tumeur Valki
Urgences
Vaccinations
Vaginites
Vermifuges
Vieillissement
Vieillissement Ni-T-Chang
Vieillissement Nostalgie
Vieillissement Tristan
Vieillissement Blue
Vieillissement Don Gio
virus
yeux
Yeux et annexes

Copyright.© Le Pli du Soleil. Tous droits réservés